Lyon : Les réactions après la défaite contre Rennes

Après des jours à s’occuper de l’extra-sportif, le retour de la Ligue 1 au Groupama Stadium était forcément attendu afin de tourner complètement la page des incidents de mardi dernier entre joueurs et supporters. Malgré les applaudissements en début de match, la hache de guerre n’est pas enterrée entre les Bad Gones et Marcelo, à l’image de cette nouvelle banderole à l’encontre du défenseur brésilien. Dans ce climat hostile, la défaite contre Rennes dans les derniers instants ne risque pas d’apaiser les choses entre Rhône et Saône. Ayant eu une réaction salvatrice en Ligue des Champions, l’OL n’a pas profité de la venue rennaise pour se donner un peu plus d’air.

Denayer : « Relever la tête »


Au contraire, la partition rendue a été insipide avec un manque total de génie dans la phase offensive pour trouver la passe qu’il faut. « On a fait un mauvais match. Ils ont réussi à faire la différence sur une action individuelle. De notre côté, on n’a pas réussi à se créer des occasions, avoue Jason Denayer à Canal Plus. On est déçu, il y a beaucoup de choses qui ne sont pas terribles actuellement. » A cette prestation, se sont ajoutées les blessures de Jeff Reine-Adelaïde et Memphis Depay au genou. Deux coups durs qui ont changé le cours du match ? Pour Rudi Garcia, c’est clairement le cas même si les deux blessés n’avaient pas été rayonnant jusqu’à là. Le technicien lyonnais a d’ailleurs choisi d’en remettre une couche sur la préparation physique de son prédécesseur. « Je suis insatisfait du résultat évidemment, mais aussi du contenu affiché, a noté le coach en conférence de presse. La soirée est d'autant plus compliquée qu'on a perdu 2 joueurs sur blessures. Je le dis, la préparation physique est un vrai problème. Paolo fait au mieux pour rattraper tout ça mais ça prend du temps. »

Garcia ne veut pas tomber dans le doute


A écouter Garcia, cette défaite face au Stade Rennais présente donc des circonstances atténuantes et ne doit entraîner une psychose chez les Gones. Pourtant le but d’Eduardo Camavinga à moins de cinq minutes de la fin a sonné comme le quatrième revers à la maison depuis le début de la saison, le deuxième de suite après celui contre Lille. Pas vraiment digne pour un prétendant au podium. « J’ai envie de retenir le positif de la semaine. On sort un exploit en coupe d’Europe et ça personne ne peut nous l’enlever » avant de pointer du doigt le calendrier. « Il y a des soirs comme ça où tout tourne contre vous. Le calendrier ne nous est pas favorable, il faut dire les choses. » Avec le deuxième budget de L1 et un effectif pléthorique notamment offensivement, pas sûr que ces excuses passent dans les travées du Groupama Stadium, déjà en partie hostile à l'ancien coach marseillais.