Ligue 1 : Reims garde la même recette

Panoramic

La stabilité. Voilà le maître mot à Reims. Après tout, pourquoi changer une recette qui marche ? Champions de Ligue 2 en 2018, les Rémois retrouvaient l’élite la saison dernière. Et les Champenois ont fait bien plus qu’honorer leur rôle de promu. Ils ont réalisé un parcours exceptionnel, récompensé par une belle huitième place.  Le SDR s’est même offert le PSG lors de l’ultime journée (3-1). De quoi ponctuer un exercice 2018-2019 historique (voir plus bas).

On prend donc les mêmes et on recommence. David Guion va ainsi entamer une troisième saison de suite sur le banc rémois. Son groupe a connu quelques changements mais pas de grands bouleversements. Bjorn Engels et Pablo Chavarria sont partis, Baba Rahman et Sheyi Ojo, prêtés la saison dernière, sont retournés dans leur club respectif. Edouard Mendy devrait lui prendre la direction de Rennes. Mais les dirigeants champenois avaient anticipé le départ de leur gardien en recrutant Predrag Rajokvic en tout début de mercato. Reste le cas Remi Oudin, très convoité.

A un mois de la fin du mercato, David Guion possède un effectif léger, avec peu de marge de manœuvre (surtout en cas de blessures) mais l’heure n’est pas à l’affolement. La préparation s’est bien déroulée avec 5 matchs au programme et aucune défaite enregistrée  (3 victoires et 2 nuls). Dans le même cas de figure la saison dernière avec les arrivées tardives de Suk et Foket, les Rémois avaient tout de même bien débuté leur saison. Ils s’étaient en effet imposés à Nice puis contre Lyon. C’est encore du lourd qui attend les Rouge et Blanc avec un déplacement à Marseille dès la première journée. 

Arrivées : Predrag Rajkovic (Tel Aviv), Yehvann Diouf (Troyes), Marshall Munetsi (Orlando)

Départs : Bjorn Engels (Aston Villa), Pablo Chavarria (Majorque), Thomas Fontaine (Lorient), Aly Ndom (Auxerre), Marvin Martin (fin de contrat)

8 - Comme la place à laquelle a terminé Reims la saison dernière. Le meilleur résultat du SDR depuis 1975-1976. Avec 55 unités au compteur, le club champenois a même battu son record depuis la victoire à 3 points.

Gravement touché au genou en novembre 2017, c’est blessé que Tristan Dingomé a débarqué l’été dernier à Reims. C’est dire à quel point on croit en lui en Champagne. Le natif des Ulis faisait depuis plusieurs saisons le bonheur de l’ESTAC, avant d’être coupé en plein élan par cette grave blessure.

Arrivé dans un nouveau club, le joueur de 28 ans a eu besoin de temps pour reprendre le rythme après près d’un an loin des terrains. Mais peu à peu, le milieu de terrain, formé à l’AS Monaco, est monté en puissance. Il a ainsi pu faire apprécier ses qualités aux supporters du SDR. Doté d’une bonne vision du jeu, il anime et apporte une touche technique à l’entrejeu rémois. Ses prestations lors de la deuxième partie de saison ne sont d’ailleurs pas passées inaperçues. En juin dernier, Dingomé a été appelé pour la première fois avec le Cameroun. Mais le Rémois n’a pas pu disputer la CAN avec les Lions Indomptables, la faute à une nouvelle blessure. Si son corps le laisse tranquille, le milieu relayeur pourrait être l’un des éléments clés de cette saison rémoise, aux côtés de l’expérimenté et précieux Alaixys Romao. En témoigne par exemple sa passe lumineuse pour Remi Oudin en match amical dimanche dernier contre Sheffield.

A bientôt 23 ans, on pourrait croire qu’il est un peu tard pour parler de Boulaye Dia en tant que « pépite ». Oui mais voilà, l’attaquant n’a pas un parcours comme les autres. Le natif d’Oyonnax a découvert le monde professionnel la saison dernière seulement. Recalé par les centres de formation, la faute à sa petite taille à l’époque, l’attaquant évoluait encore en Regional 2 il y a deux ans.  Dia a même travaillé dans l’électricité pendant quelques années pour venir en aide à sa famille.

En 2017, il rejoint Jura-Sud en National 2 avant d’être rapidement repéré par Reims qui le recrute l’été dernier pour évoluer avec la réserve. C’était en tout cas le projet initial. Mais finalement, le joueur issu du monde amateur disputera 18 matchs de Ligue 1 (dont 8 titularisations) avant de se blesser au dos et de manquer la fin de saison. Auteur de 3 buts en championnat et 1 en Coupe de France, le néo-pro a pu montrer qu’il avait les crocs et l’envie de réussir au haut-niveau. Il est désormais suivi par d’autres clubs de Ligue 1 qui ont remarqué ses qualités de vélocité et de percussion. Le SDR a été prévoyant en prolongeant en avril dernier son contrat jusqu’en 2022. Cette saison, Dia devrait bénéficier de plus de temps de jeu. L’occasion de confirmer et d’écrire un nouveau chapitre à ce beau conte de fées.

« Un top défenseur central, un arrière droit, un avant-centre, plus un voire deux joueurs de côté » Jean-Pierre Caillot, le président de Reims, a effectué l’inventaire des besoins de son équipe pour ce mercato (dans une L’Union du 5 août).