L’ASSE de Puel, ce n’est pas "bidon"

Claude Puel persiste et signe. Jeudi soir, après le deuxième match nul et vierge de Saint-Etienne, face à La Gantoise (0-0), synonyme d’élimination de la Ligue Europa avant même la dernière journée de la phase de groupes, le technicien de 58 ans avait quelque peu étonné lors de sa conférence de presse d’après-match, en se disant notamment "satisfait de l’investissement" de ses joueurs. "C’était très intéressant", déclarait-il encore. "Nous partons de loin, nous sommes toujours en construction. Et puis nous avions encore beaucoup de blessés, et peu de solutions de rotations. Mais malgré ça, nous continuons à livrer des matches cohérents."

Deux jours plus tard, à la veille d’un déplacement à Rennes, dimanche (17h), dans le cadre de la 15e journée de Ligue 1, celui a pris la succession de Ghislain Printant sur le banc des Verts, le 4 octobre dernier, s’est vertement défendu devant les médias, et notamment France Bleu Loire : "On a du répondant. Au niveau du jeu, on a progressé. Quand un résultat n'est pas conforme on en oublie le contenu. 0-0, de suite c'est un match bidon ! On va tout de suite au raccourci... Je considère que notre première mi-temps a été de haut niveau, dans l'investissement, dans le jeu pour bouger cette équipe et se procurer des situations. Je confirme et je l'assume."

"Rennes a tout capitalisé sur le match de dimanche"


Toujours invaincu depuis sa prise de fonctions (4 victoires et 2 nuls en 6 matches de Ligue 1, plus 3 nuls en Ligue Europa), Puel, qui a débuté son mandat par un succès ô combien symbolique chez le voisin lyonnais, l’un de ses anciens employeurs, a des circonstances atténuantes. Ce qu’il n’a pas manqué de rappeler. A commencer par une myriade de joueurs indisponibles, et pas des moindres : Wahbi Khazri, Romain Hamouma, Mathieu Debuchy, Yohan Cabaye, William Saliba, Kevin Monnet-Paquet ou encore Charles Abi, le jeune attaquant que Puel avait systématiquement titularisé depuis son arrivée.

C’est donc une équipe encore amoindrie qui se déplacera dimanche au Roazhon Park, où l’entraîneur de l’ASSE s’attend à "un match difficile", face à des Bretons battus pour la quatrième fois en cinq matches de Ligue Europa jeudi soir à Glasgow (3-1). Et qui "auront peut-être une donnée plus favorable pour eux, parce qu'ils sont partis au Celtic déjà éliminés. Ils ont changé toute leur équipe. Il faudra donc encore s'employer, et Rennes a tout capitalisé sur le match de dimanche."