La remontada nîmoise !

Reuters

En ces temps bien compliqués du côté de Nantes, après la disparition d’Emiliano Sala, la formation de Vahid Halilhodzic restait néanmoins sur deux victoires en Coupe de France, contre Sannois St-Gratien (0-1) puis Toulouse (2-0). Le retour à la Ligue 1 a été brutal, dimanche… Les Canaris ont certes mené 2-0 à la mi-temps face au Nîmes Olympique avant de s'incliner (2-4), pour enchaîner une 5e rencontre sans victoire en championnat (4 défaites et un nul). Ils sont 15e à cinq points du barragiste.

Dans la foulée d’un bel hommage à l’attaquant argentin avant le coup d'envoi, le FCN a ainsi attaqué la partie pied au plancher pour faire mal à des Crocodiles peu coordonnés défensivement. Kalifa Coulibaly, le numéro 9 titulaire nantais désormais, ouvrait le score de la tête (15e) puis obtenait un penalty transformé par Abdul Majeed Waris (38e). A ce moment-là, on était loin de penser à une remontada nîmoise.

"On a craqué. Je n’arrive pas à comprendre comment et pourquoi. Ils n’ont rien changé en deuxième, mais on s’est relâché, on a fait comme si on était le Paris Saint-Germain. On doit faire plus d’efforts défensifs et offensifs pour gagner des matches", regrettait Valentin Rongier à l’issue de la rencontre, devant la caméra de beIN SPORTS.

C’est d’abord Baptiste Guillaume, lâché par Nicolas Pallois, qui a relancé son équipe au retour des vestiaires (48e), puis un coup de génie signé Antonin Bobichon, auteur d’une frappe lobée de 25 mètres (69e), a mis les visiteurs sur le chemin de la victoire. Et alors que M. Turpin accordait un penalty aux Nantais avant de l’annuler au terme de 5 minutes de protestation nîmoise (76e), Jordan Ferri (85e) et Sada Thioub (89e) ajustaient leur frappe pour glacer l'ambiance à la Beaujoire.