Gourcuff: "Réussir, c'est construire quelque chose"

Icon Sport

Christian Gourcuff n'est pas apparu dépaysé à son arrivée sur le banc du FC Nantes. "Je reste dans ma Bretagne. Parce que oui, Nantes est en Bretagne", a rappelé l'ancien entraîneur de Lorient et de Rennes, ce lundi, lors de sa présentation à la presse. Surtout, Gourcuff arrive dans un club qui a une signification particulière pour lui, en tant que technicien. "Je n'ai jamais caché mon admiration pour le FC Nantes de Suaudeau ou Denoueix, a-t-il lancé, relaye France Bleu. Je revendique une certaine filiation avec ces gens là [...] Si on retrouve un peu de ce qu'on a connu à l'époque, j'en serai très heureux."

 

 

Avec l'ancien druide lorientais, il est très souvent question de jeu, très vite. "J'ai fait une séance ce matin, avec beaucoup de plaisir. Le carré vert, c'est ce que je sais faire de mieux, a-t-il confié. Pour moi, réussir c'est construire quelque chose. Si on arrive à dégager une identité et à prendre du plaisir, ça sera déjà une première réussite. Ensuite, la seule pression, ce sont les exigences que je me fixe.

Gourcuff débute donc son aventure nantaise après la 1ère journée de Ligue 1, et la défaite à Lille (2-1), où c'est Patrick Collot, son adjoint, qui était celui de Vahid Halilhodzic, qui avait effectué le travail de préparation. A Pierre-Mauroy, Nantes a joué en 4-3-3, comme sous Halilhodzic, et donc pas en 4-4-2, le système favori de son nouvel entraîneur. Ou en tout cas pas encore. "Changer de système, ça ne peut pas se faire progressivement, explique-t-il. Le challenge c'est justement d'arriver à une cohésion et une équipe solide le plus rapidement possible. Le foot est un sport collectif, donc il faut une harmonie, que les choses soient bien organisées.

Pour imposer sa patte, sur le long terme, Gourcuff compte aussi s'appuyer sur certains jeunes issus de la Jonelière. "Un club doit vivre à partir de la formation pour une question d'identité mais aussi pour des raisons économiques maintenant. Il faut investir dans la formation, pour moi c'est une évidence", explique-t-il, en citant notamment le nom du prometteur Imran Louza.

Mais la principale question qui se pose, avec cette arrivée de Gourcuff, est la suivante: l'expérimenté technicien aura-t-il le temps de mettre en place ces idées, lui qui débarque dans le club plus instable de ces 12 dernières années en Ligue 1 ? Comme Halilhodzic, il y a moins de 12 mois, avec la suite que l'on connaît, Gourcuff assure qu'il n'y aura pas de problème entre lui et le président Waldemar Kita. "Je remercie le Président Kita. Parce que quand vous êtes contactés trois fois en quelques années, c'est qu'il y a de l'estime, avance-t-il. Si je suis à Nantes, c'est que j'estime que je peux cohabiter avec le Président Kita. Si c'était une autre personne, pas sûr que je sois là aujourd'hui. Là-dessus, il n'y a aucun problème." Les problèmes, en général, ils arrivent un peu plus tard...