Eyraud : "On a pris un virage avec les jeunes"

Icon Sport

Il y a quelques années, Vincent Labrune avait fait bien rire les supporters de l'Olympique de Marseille, lorsque le bras droit de Margarita Louis-Dreyfus avait évoqué la naissance d'un projet sur le modèle du Borussia Dortmund, visant à recruter des jeunes talentueux pour ensuite les transférer en opération de jolies plus-values. Depuis, l'AS Monaco et sa puissance financière russe, s'est engouffrée dans la brèche, là où les Phocéens ont eux lancé le Champions Project, visant à ramener systématiquement l'équipe olympienne en Ligue des champions. Or, depuis octobre 2016 et l'arrivée de Frank McCourt en qualité d'actionnaire, le Vélodrome n'a toujours pas revu la C1...

Pire encore, pour avoir trop dépensé, et plus souvent à mauvais escient ces dernières années, le club est désormais dans le rouge sur le plan économique. Voilà pourquoi André Villas-Boas n'a pu compter cet été que sur trois renforts, Dario Benedetto, Alvaro Gonzalez et Valentin Rongier, le défenseur central espagnol ayant par ailleurs été prêté par Villarreal. Mais rien de plus logique, à en croire Jacques-Henri Eyraud, invité à s'exprimer face à la presse ce mercredi, lors de la présentation du milieu de terrain arraché au FC Nantes. "On a pris un virage avec les jeunes. Notre objectif est d'avoir non pas deux mais quatre ou cinq joueurs issus du centre dans l'équipe pro. Nous sommes devenus un club formateur", a-t-il expliqué. Un club formateur symbolisé donc par les réussites Maxime Lopez et Boubacar Kamara, installés en équipe première.

"On a beaucoup de départs cet été qui ont été remplacés par des joueurs du centre, comme Florian Chabrolle", abonde le directeur sportif Andoni Zubizarreta. Un jeune milieu de terrain qui a, pour l'heure, bien du mal à se faire une place, là où la pépite annoncée, Isaac Lihadji, n'a elle toujours pas signé son premier contrat professionnel. "On a présenté notre meilleure offre. On va se revoir après les vacances et j'espère fermer le dossier. Je suis optimiste, a cependant ajouté l'ancien gardien de but. Comme club formateur, on a vu mieux... "On ne peut pas encore aujourd'hui récolter les fruits, tempère toutefois JHE. On a mis beaucoup de moyens sur la formation. On fait aussi dans la post-formation avec Sanson, Radonjic ou encore Duje (Caleta Car). On veut se positionner sur ce type de joueurs". La nomination cet été de l'expérimenté Nasser Larguet à la tête du centre de formation semble aller dans le bon sens, mais il faudra encore un peu de temps pour donner tort ou raison au président olympien.

villas-boas :  "Ne pas surpayer un joueur qui a 0 minute en pro"