Pep Guardiola joue-t-il son avenir à Manchester City ?

beIN SPORTS

A priori, la League Cup n’est pas une priorité pour les Citizens. Quoique lorsqu’on possède le budget de Manchester City, il est naturel de viser tous les trophées. Après leur succès inaugural en Premier League sur la pelouse de Wolverhampton (1-3), les hommes de Pep Guardiola font leur entrée en Coupe de la ligue anglaise ce soir face à Bournemouth (20h45 - beIN SPORTS 1), récemment relégué en Championship (D2). Un duel fortement déséquilibré qui devrait permettre à Pep Guardiola de faire déjà un peu tourner son effectif mais aussi de poursuivre l’intégration de son milieu offensif espagnol Ferran Torres…

Nathan Aké, 45 M€ bien investi ?


Mais l’essentiel est-il vraiment là pour le vice-champion d’Angleterre ? Peut-être pas puisqu’au-delà de cette compétition remportée ces trois dernières saisons par City, le club de Manchester doit se racheter après un dernier exercice forcément frustrant au vu des ambitions gigantesques des Citizens. Depuis l’élimination face à l’OL en Ligue des Champions dès le stade des quarts de finale, l’équipe de Pep Guardiola a encore dépensé sans compter, achetant notamment pour 45 M€ le Néerlandais Nathan Aké (25 ans), défenseur de… Bournemouth.

Bournemouth, pour commencer


Suffisant pour donner de la stabilité à une défense souvent poreuse lors des grands rendez-vous ? Cela reste à démontrer alors que le crédit de l’ex-coach du Barça et du Bayern s’amenuise au fur et à mesure des désillusions sur la scène continentale. Ce Manchester City a été construit par et pour Pep Guardiola et chacun de ses échecs est un lourd pavé jeté dans la marre de l’Espagnol, déjà bien éclaboussé depuis quatre ans. Enfermé dans un génie tactique qui semble parfois trop rigide pour qu’il puisse s’en défaire, le druide catalan sait à l’évidence qu’il n’a plus beaucoup de temps pour réussir ce pour quoi il a été engagé en 2016 : emmener Manchester City sur le toit de l’Europe. Bournemouth, ce soir, n’est qu’un casse-croûte pour les troupes de Guardiola. Le chemin de la rédemption passe déjà par là.

Pep Guardiola

 


>