Real Sociedad : Oyarzabal veut finir fort

34 ans après son dernier trophée, la Real Sociedad a gagné le mois dernier la Coupe du Roi pour la troisième fois de son histoire. Une finale de l’édition 2019-2020 reportée en raison de la crise sanitaire… et disputée trois mois après l’élimination de la Real en huitièmes de finale de l’édition suivante.

Et si, en 1987, les Basques l’avaient emporté aux tirs au but face à l’Atlético de Madrid, c’est grâce à un penalty, qu’ils se sont imposés dans le derby face à l’Athletic Bilbao le 3 avril dernier à Séville (1-0). Un coup de pied de réparation signé Mikel Oyarzabal, auteur de son 12e but de la saison (dont 10 en Liga) et qui comptabilise également 9 passes décisives (7 en championnat).

Le jeune capitaine (24 ans) restait pourtant sur deux échecs dans l’exercice, fin février contre Manchester United en 16es de finale retour de la Ligue Europa, puis face à Levante deux matchs plus tard. "On ne peut pas toujours mettre les penaltys, on sait comment ça marche. Mais j'avais confiance en moi, et mes coéquipiers avaient confiance en moi", confiait-il à DAZN après son but contre Bilbao.


Il "croise les doigts" pour l’Euro et les JO


Mais depuis la conquête de ce titre tant attendu, les pensionnaires d’Anoeta marquent quelque peu le pas, et son numéro 10 aussi. S’ils restent à la cinquième place du classement, mais avec seulement une longueur d’avance sur Villarreal et deux sur le Betis, les Basques n’ont pris que huit points sur dix-huit possibles, et restent sur une défaite chez un relégable (Huesca).

Et puis le trio qu’Oyarzabal forme avec Portu et Isak, soit les trois meilleurs buteurs du club, n’a fait trembler les filets qu’à trois reprises sur les neuf derniers matchs. Oyarzabal n’a d’ailleurs plus marqué en Liga depuis le tout début du mois de février. Mais celui qui est arrivé à 14 ans à la Real a bien l’intention de terminer fort cette saison.

Pour disputer l’Euro avec l’Espagne, lui qui est international depuis 2016, et aussi, "pourquoi pas", les Jeux olympiques de Tokyo, comme il le confiait récemment à So Foot. "Je croise les doigts", expliquait-il à l’évocation de ce double objectif. D’autres trophées en vue pour le champion d’Europe espoirs en titre ?


>