Atlético Madrid, un nouveau style taillé pour le titre ?

PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Des trois ogres du football espagnol, l'Atlético est le seul qui n'a pas encore déçu. Alors que le Real Madrid et le FC Barcelone sont déjà tombés, les Colchoneros sont toujours invaincus. En Liga, personne ne peut en dire autant. Cette série d'invincibilité sur la scène nationale, qui a débuté en février, prouve que la transition opérée l'an passé est terminée.

Les hommes de Diego Simeone restent sur 24 matchs consécutifs sans défaite et surtout sur une victoire face au Barça, la première depuis dix ans. Une preuve que le groupe madrilène arrive à maturité. Cette évolution est symbolisée par l'apport de Joao Felix. Le jeune prodige portugais a été impliqué sur huit buts depuis le début de la Liga. C'est déjà mieux que sur l'intégralité du dernier championnat.

L'Atlético ne se contente plus de défendre

Plus que Joao Felix, c'est l'ensemble du secteur offensif de l'Atlético qui s'illustre depuis le début de la saison. Avec l'arrivée de Luis Suarez mais aussi le rendement de Marcos Llorente et l'épanouissement des ailiers Yannick Carrasco et Angel Correa, Diego Simeone a les atouts qui lui permettent de faire le jeu. Sur certaines séquences, il est allé jusqu'à aligner un 3-4-3, une vraie révolution ! Après huit rencontres, son équipe a déjà marqué 18 buts. Seule la Real Sociedad, en deux matchs de plus, a fait mieux depuis le début de la saison.

Les Colchoneros n'avaient pas commencé une saison de Liga en marquant autant de buts depuis 2016-2017. La preuve que l'Atlético sait désormais faire mieux que défendre et gagner 1-0. Au Wanda Metropolitano, on peut maintenant voir du jeu et des buts en nombre.

Oblak ne s'est incliné que deux fois cette saison

En plus de ce visage offensif séduisant, le troisième de la dernière saison de Liga est toujours aussi rigoureux en défense. Les coéquipiers d'un Jan Oblak au sommet de son art n'ont encaissé que deux buts depuis le début de la saison. Avec une attaque redoutable et une défense quasi-imperméable, on découvre une équipe taillée pour le titre. Malgré les départs de Thomas Partey et d'Alvaro Morata, qui ont été parfaitement compensés, les Colchoneros ont conservé les valeurs de sacrifice et de rigueur qui ont fait les succès du mandat de Diego Simeone.

Ils y ont ajoutés du spectacle offensif. Un mélange qui permet à l'Atlético Madrid de prétendre à la tête du classement de la Liga en cas de victoire à Valence ce samedi. Même si Cholo refuse les comparaisons avec l'exercice 2013-2014 qui avait permis à son équipe d'être sacrée, ce début de saison s'inscrit sur les mêmes bases. Reste à savoir si l'issue sera la même...