Atlético de Madrid : Simeone, l'exigence à l'état pur

Panoramic

Actuellement au Flamengo, Filipe Luis a joué à l'Atlético de Madrid entre 2010 et 2014. Il a vécu l'arrivée de Diego Simeone au poste d'entraîneur en 2011. Une vraie révolution d'après le joueur : «  Quand il a pris la relève en 2011, l’équipe était à quatre points de relégation et il a décroché une place en Europa League la même saison. Il les a transformés en monstres. C’est ce qu’ils sont actuellement. Ce succès a un nom : Diego Simone », a-t-il confié au Daily Mail.

Pour le Brésilien, le coach a changé des carrières : « Environ 120 joueurs sont passés au club depuis son arrivée. Certains sont venus comme des stars et n’ont pas joué, d’autres sont arrivés sans statut et sont devenus des stars.  C’est une énorme réussite ». Une chose est sûre, Diego Simeone n'est pas là pour plaisanter, il ne fait d'ailleurs « jamais un entrainement pour s’amuser » confie l'arrière gauche, « il ne perd pas de temps ».

 

Diego Simeone, entre peur et respect

"Il connaissait chaque centimètre de mon cerveau."


« J’étais un arrière gauche en manque de confiance en décembre, et quand il est arrivé, j’étais le meilleur arrière gauche du monde en janvier. C’est la seule personne qui a réussi à obtenir cela de moi. Il a tiré le meilleur de moi. Il connaissait chaque centimètre de mon cerveau», affirme Filipe Luis, qui était presque apeuré par son coach de l'époque. Et il l'avoue : « Maintenant, je peux envoyer et recevoir des messages de Simeone en tant qu’ami, mais à l’époque, à chaque fois que j’en recevais, un air de terreur régnait. C’était stressant ».

Le joueur du Flamengo ajoute que Diego Simeone n'a aucune pitié, il « n’a pas de cœur ». « Il ne se dit jamais : "Oh, quel dommage, pauvre petit joueur, je dois faire ceci ou cela", non. Il décidera uniquement pour gagner », témoigne Filipe Luis, toujours marqué par l'exigence de son ancien entraîneur. Cette saison, Diego Simeone et l'Atlético réalisent de très bonnes performances et ils occupent la première place en Liga, devant le Real Madrid et Barcelone.

Levante fait encore mal à l'Atlético Madrid !

 

 


>