Médaille d'or pour Jean Quiquampoix au tir

Reuters

Jean Quiquampoix l’avait dit, il l’a fait ! Arrivé à Tokyo avec l’ambition de devenir champion olympique cinq ans après l’argent remporté à Rio, le tireur français a atteint son objectif au terme d’une finale rondement menée. Le champion d’Europe 2021 n’a absolument pas cédé sous la pression, contrairement à Christian Reitz. L’Allemand, tenant du titre et premier à l’issue des qualifications, a rapidement quitté le pas de tir avec la cinquième place. Alors que le Chinois Yuehong Li s’est assuré la médaille de bronze au terme d’un barrage face au Sud-Coréen Daeyoon Han, le duel final a opposé Jean Quiquampoix au Cubain Leuris Pupo. Mais le Français, avec quatre des cinq cibles atteintes lors de la dernière salve et un total de 34 points, record olympiqu égalé, s’est mis hors d’atteinte. C’est finalement avec cinq points d’avance que Jean Quiquampoix remporte la cinquième médaille d’or pour l’équipe de France olympique à Tokyo !

 

🇫🇷🏅 CHAMPION OLYMPIQUEEEEEEE !


Jean Quiquampoix remporte l'or en dominant largement la finale du pistolet rapide à 25 m !#AllezLesBleus #Tokyo2020 pic.twitter.com/KHSlkaAy7W

— Equipe France (@EquipeFRA) August 2, 2021


 

Bessaguet a manqué le coche en qualifications


Avant cette finale, les Bleus n’avaient pas totalement confirmé leur bonne prestation de ce dimanche. En effet, alors que Clément Bessaguet et Jean Quiquampoix partageaient la première place à l’issue de la première partie des qualifications du pistolet rapide 25m, la conclusion n’a pas été aussi réussie pour le clan tricolore. Avec un total de 285 points sur cette deuxième partie, Clément Bessaguet n’a pas pu prendre une place dans les six premiers, qui ont disputé la finale ce lundi. Son total de 582 points l’a placé à égalité avec le Chinois Yuehong Li mais c’est ce dernier qui a eu le dernier mot pour la sixième et dernière place qualificative. Jean Quiquampoix, quant à lui, n’a pas cédé face à la pression. Avec un total de 586 points, il prend la deuxième place derrière le tenant du tire Christian Reitz (587 points). Cinq ans après leur duel en finale des Jeux Olympiques de Tokyo, l’Allemand et le Français ont été à nouveau au rendez-vous de la lutte pour les médailles dans cette catégorie. « Je suis dégoûté. J'étais venu pour gagner, mais j'ai très mal tiré aujourd'hui (lundi), a confié Quentin Bessaguet dans des propos recueillis par le quotidien L’Equipe. J'avais très bien tiré hier (dimanche), j'avais quelques petits points d'avance et mentalement ça allait. Ou du moins je le pensais. La dernière série a été très dure à tirer. En plus, je n'entre pas en finale au nombre de mouches. Ça fait encore plus rager. A chaud, j'imagine que la pression m'a rattrapé pendant le match. Je serai meilleur à Paris. La finale m'a échappé une fois, elle ne m'échappera pas la deuxième fois. »

 


>