JO de Tokyo : Du public dans les stades ?



Les Jeux Olympiques de Tokyo, prévus du 23 juillet au 8 août, suscitent beaucoup d’interrogations. Ces dernières semaines, la rumeur d’une annulation de l’événement ou d’un nouveau report, un après son report en raison de la pandémie de coronavirus, a mis le feu aux poudres. Le président du Comité d'organisation, Yoshiro Mori, s’était montré rassurant en annonçant que « les JO se dérouleront quoi qu'il arrive ». Depuis, ce dernier a démissionné de son poste après avoir tenu des propos sexistes et a été remplacé par Seiko Hashimoto. A l’instar de son prédécesseur, l’ancienne patineuse s’est également opposée à un nouveau report ou une annulation de l’événement. Elle milite même pour que le public prenne place dans les tribunes par question d’équité. Seiko Hashimoto s’est expliquée ces dernières heures lors d’une conférence de presse dont les propos ont été relayés par The Asahi Shimbun, quotidien national japonais.

Le sujet est à l’étude


« Quand on pense à la possibilité d'organiser les Jeux olympiques sans fans dans les tribunes, les athlètes se demanderont certainement pourquoi il n'y a pas de fans uniquement pour les Jeux olympiques et paralympiques alors que d'autres compétitions permettent l'entrée de spectateurs », a-t-elle déclaré en pensant certainement à l’Open d’Australie qui a accueilli 30 000 personnes par jour ce mois-ci (il y a toutefois eu cinq jours de huis clos en raison d’un confinement). Seiko Hashimoto, qui sait toutefois que sa volonté sera guidée par l’évolution de la situation sanitaire sur le globe, compte bien aller au bout de son idée. Elle a fait savoir que le sujet sera abordé la semaine prochaine lors d’une réunion de haute importance. « Tout le monde veut une décision rapide sur la direction à prendre concernant les fans pour préparer les billets et les hébergements », a-t-elle suivi. Le public et les athlètes, qui pour la plupart font leur métier dans des stades ou salles vides depuis des mois, peuvent se mettre à rêver.

>