Handball (F) : Le podium est l'objectif, mais les Bleues se montrent prudentes

Deux fois championnes du monde et sacrées championnes d’Europe en 2018, il ne manque plus que l’or olympique aux Bleues. Avant leur entrée en lice à Tokyo face à la Hongrie ce dimanche, les joueuses de l’équipe de France et leur entraîneur Olivier Krumbholz se sont présentées face à la presse par visioconférence. Un moment qui a été l’occasion de faire le point sur les ambitions tricolores pour la quinzaine à venir. Le technicien ne cache pas que le podium est le seul résultat qu’il vise : « On vise une médaille et pour viser une médaille, il faudra sortir de ce groupe qui est le plus difficile ». Un point de vue qui n’est pas partagé par Allison Pineau qui considère que « les deux groupes sont assez homogènes ». Tout comme Cléopâtre Darleux, tous deux assurent que le quart de finale sera le moment-clé du tournoi. « On ne sera pas forcément à notre meilleur niveau sur le premier match mais, le plus important, c’est de se qualifier pour les quarts de finale et d’y arriver au top car, à mon sens, ce match sera le plus difficile », a assuré la gardienne des Bleus. Allison Pineau l'affirme, « le point d’orgue des Jeux d'été, pour tous ceux qui rêvent d’une médaille, c’est forcément les quarts de finale ».

Krumbholz : « On rêve de la médaille d’or »


Et, une fois cette étape passée, Olivier Krumbholz assure avoir toute confiance en ses joueuses. « Je connais mon équipe, si on va en demi-finales, ça m'étonnerait que l'on perde les deux derniers matchs, a ainsi déclaré l’entraîneur national. La médaille qui manque au palmarès de cette équipe est l'or olympique. C'est la médaille qui manque dans le coeur de tout le monde, c'est un objectif pour nous. On joue toujours avec beaucoup d'ambitions mais on rêve de la médaille d’or. » Avant de penser au podium, les Bleues devront aborder au mieux leur entame de tournoi face à la Hongrie avant quatre autres oppositions loin d’être simples. « On sait que la Hongrie est une équipe de qualité qui n’a pas forcément fait de bons résultats au niveau international ces dernières années mais qui a également de bonnes jeunes joueuses qui arrivent, a confié Cléopâtre Darleux. Il va falloir être vraiment très concentrées sur le début de la compétition. » Un tournoi olympique que les Tricolores vont aborder comme favorites, elles qui ont pris place sur le podium lors de cinq des six dernières compétitions majeures. « On est vraiment conscientes de la difficulté qui nous attend. On est attendues au tournant et on va forcément être un des adversaires que tout le monde va vouloir abattre, admet Allison Pineau. On sait qu’il va falloir répondre présentes dès le début et qu’il ne faudra pas griller de joker. » L’or olympique sera à ce prix.

>