Cyclisme sur route : La concurrence JO-Tour pose problème à Thomas Voeckler

C’est une information qui a déjà fait grincer de dents. Le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de Tokyo et le Comité International Olympique ont confirmé cette semaine le calendrier des épreuves qui auront lieu du 23 juillet au 8 août 2021. Ce programme place la course en ligne masculine de cyclisme sur route à la date du 24 juillet alors que le Tour de France 2021, dont le départ sera donné à Copenhague le 2 juillet, doit se conclure sur les Champs-Elysées le 25 juillet, soit le lendemain de l’épreuve reine du cyclisme sur route aux JO. Conscient de cette situation, Thomas Bach a confirmé qu’une modification du programme olympique n’était pas possible et que c’est au Tour de France de trouver une solution. Un problème qui chagrine le sélectionneur de l’équipe de France, Thomas Voeckler. « Honnêtement, c'est une situation plus que compliquée. Le parcours des JO est pour les grimpeurs et les meilleurs grimpeurs seront sur le Tour de France, a confié l’ancien coureur au micro de RMC Sport. Leur demander de faire une croix sur le Tour pour un résultat hypothétique aux Jeux, c’est quasiment mission impossible. »

Pour Voeckler, une solution devra être trouvée


A l’image du parcours des championnats du monde 2020 organisés à Aigle et Martigny, l’épreuve en ligne des Jeux Olympiques proposera un parcours corsé tracé près du Mont Fuji. De quoi attirer les meilleurs grimpeurs du peloton... qui ont également un œil sur le Tour de France. « C’est un sacrifice énorme de demander à un coureur de faire une croix sur le Tour. On ne peut même pas le demander, assure Thomas Voeckler. Le coureur privilégiera là où il a envie d’aller. Le Tour et les JO font rêver. Mais sur le Tour, vous avez trois semaines pour vous exprimer. Sur les JO, seules trois places sont belles. » Face à cette situation exceptionnelle, la seule solution serait d’avancer le départ de la Grande Boucle d’une semaine, ce que le patron des Bleus appelle de ses vœux. « Ce serait logique d'avoir les meilleurs coureurs au monde selon le parcours être sur la course en ligne des Jeux Olympiques, ajoute l’ancien coureur. Il va falloir qu’une solution soit trouvée. » La balle est dans le camp d’ASO et des autorités danoises.