Bleues : Dembélé manquera les Jeux !

Panoramic

Dembélé manquera les prochains JO ! C'est ce qui s'appelle une sacrée tuile... Et pour les Bleues et pour leur capitaine emblématique, qui rêvait de vivre l'été prochain à Tokyo ses derniers jeux. Malheureusement pour Siraba Dembélé-Pavlovic (34 ans), elle sera privée de l'événement. Gravement blessée au tendon d'Achille droit, dimanche avec son club du CSM Bucarest, la native de Dreux rentrée de Rio en 2016 avec la médaille d'argent autour du cou a passé en début de semaine une IRM qui a confirmé ce que tout le monde redoutait dimanche, à savoir qu'elle souffrait d'une rupture complète du tendon d'Achille droit. L'ailière gauche de l'équipe de France aux 274 sélections (927 buts) et véritable locomotive de l'équipe entraînée par Olivier Krumbholz manquera donc toute la fin de saison avec les Roumaines. Elle doit surtout renoncer à ces Jeux de Tokyo reportés d'un an et qui devaient être les derniers de cette joueuse qui présente l'un des plus beaux palmarès du handball féminin en France, avec à son compteur non seulement ce titre de vice-championne olympique, mais aussi un sacre mondial obtenu avec les Bleues en 2017 et le titre de championne d'Europe décroché en 2018. Un coup de tonnerre pour la capitaine française comme pour son sélectionneur.

 

Dembélé-Pavlovic : « C'est difficile à avaler ! »

 

 




« Cette blessure tombe forcément au moment le moins idéal, Ce devait être ma dernière compétition avec l’équipe de France et c’est difficile à avaler. Je manque aussi l’un des moments les plus importants avec les Bleues, nous sommes dans une excellente dynamique ensemble et nous avions quelque chose à accomplir ensemble cet été. C’était la continuité de ce que nous vivons ensemble depuis près de cinq ans et c’est difficile de ne pas finir ce cycle avec elles », déplore l'ancienne joueuse de Toulon Saint-Cyr, qui relativise néanmoins. « Il faut l’accepter, ça fait partie du jeu. J’ai été épargnée tout au long de ma carrière, j’ai eu de la chance. Il faut chercher du positif dans toute chose. Cela fait des années que l’on est sur des rythmes de folie, c’est toujours une période très intense et je ne suis pas surhumaine Le corps lâche à un moment. » Krumbholz, lui aussi, se serait bien passé de cette très mauvaise nouvelle à trois mois du rendez-vous. « Evidemment c’est un coup dur pour l’équipe de France, on perd l’une des meilleures joueuses et capitaine. C’est aussi un coup très dur pour elle, car elle est à trois mois et demi des Jeux olympiques, sur la fin de sa carrière, c’est difficile pour elle de se projeter. on n’imagine pas qu’elle finisse là-dessus, on espère la revoir sur un terrain, la revoir jouer. » Mais pas sous le maillot de l'équipe de France. Ces Jeux devaient en effet marquer les adieux internationaux de Dembélé-Pavlovic. Elle ne les espérait évidemment pas de cette façon.

 


>