Golf : Des sanctions contre les joueurs participant à LIV Golf décidées par le PGA Tour

Panoramic


Le golf va sans doute vivre une tempête. Ce jeudi, sur le parcours du Centurion Club de Londres, le premier tournoi appartenant au nouveau circuit dissident LIV Golf a débuté avec au départ des joueurs tels Dustin Johnson, Phil Mickelson, Martin Kaymer, Pablo Larrazabal, Ian Poulter, Lee Westwood, Louis Oosthuizen, Charl Schwartzel, Sergio Garcia ou encore Graeme McDowell. Des joueurs qui ont ainsi quitté le giron du PGA Tour pour céder aux sirènes de la compétition dirigée par Greg Norman et financée par le fonds souverain d’Arabie Saoudite. Toutefois, la réaction des patrons de l’influent circuit nord-américain ne s’est pas faite attendre. Par l’intermédiaire d’une lettre envoyée à l’ensemble des membres par son commissaire Jay Monahan, la PGA a purement et simplement suspendu l’ensemble des 17 joueurs membres ayant accepté de rejoindre LIV Golf. Mettant en avant le fait que « ces golfeurs ont fait un choix basé sur des considérations financières », Jay Monahan a critiqué leur volonté de bénéficier du meilleur des deux mondes.


La riposte de LIV Golf à la PGA n’a pas tardé


En effet, le patron de la PGA a confié que les joueurs faisant sécession « ne peuvent pas réclamer en même temps du circuit PGA les mêmes bénéfices, la même considération, les mêmes chances et la même plateforme » que les joueurs n’ayant pas fait ce choix. « Cette attente est un manque de respect envers vous, envers vos fans et envers nos partenaires », a ajouté Jay Monahan. En conséquence de cette décision, les joueurs concernés seront tous retirés du classement annuel dès ce dimanche et la conclusion du Canadian Open. Une sanction qui sera étendue à tout joueur rejoignant LIV Golf à l’avenir. « Le même sort est réservé à tout autre joueur qui participera à de futurs événements de la Saudi Golf League en violation de nos règlements » a stipulé le patron du circuit nord-américain. Du côté du circuit parallèle, la réaction du PGA Tour est vue comme « vindicative » et « ne fait que creuser le fossé entre les joueurs et le circuit officiel ». « Cette affaire ne fait que commencer, tout comme l'ère de liberté de jouer où on le désire », est-il ajouté. Tout laisse penser que cela pourrait se régler devant les tribunaux.

>