L'audit de la FFF met en cause Noël Le Graët et Florence Hardouin

Icon Sport

La « mission de l'Inspection générale d'audit et de contrôle sur le pilotage de la Fédération française de football et le respect des obligations qui s'y attachent » a rendu son verdict. L'enquête mandatée par le ministère des Sports a été dévoilée dans les colonnes de L'Equipe, et les reproches adressés à la FFF et ses principaux dirigeants dépeignent un fonctionnement problématique. Rendu en trois parties (sur Noël Le Graët, Florence Hardouin, et le Comex), l'audit a détaillé tout ce qui est reproché à la FFF depuis quelque mois.

La FFF et son fonctionnement anormal au coeur de l'audit

Le président de l'institution, "NLG", a ainsi été mis en cause pour "des dérapages, qui illustrent surtout la dérive d'un pouvoir solitaire sans aucun outil de régulation interne", alors qu'il est par ailleurs visé pour "harcèlement sexuel et moral". Florence Hardouin, ex-directrice générale mise à pied en janvier, est quant à elle jugée comme autoritaire, et sa relation avec le président, "toxique". La FFF est enfin au cœur de l'audit : son fonctionnement est décrit comme problématique, avec une opposition insuffisante au pouvoir de Le Graët. Surtout, son climat est dénoncé comme délétère, entre "politique de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le réseau fédéral ni efficace ni efficiente" et crises successives qui ont amené des échanges violents entre ses membres depuis plusieurs années. 


>