Championship : Que la folie des Play-offs commence !

Reuters

Brentford, Swansea City, Cardiff City ou Fulham jouera en Premier League l'an prochain. L'heureux élu sera désigné le mardi 4 août à la fin d'un match joué à Wembley. 366 jours et 49 matchs après avoir commencé la saison, un de ces quatre clubs bouclera sa saison et rentrera dans une nouvelle dimension. Il accompagnera Leeds et West Bromwich dans l'élite du football anglais, le championnat le plus puissant du monde. Ces barrages, joués habituellement au printemps, ont été reportés comme la fin de saison à cause du Covid-19. Mais leur place dans la saison anglaise n'a pas été remise en cause. Il s'agit là d'un des moments les plus importants du football britannique. « La deuxième division anglaise est un championnat compétitif et fou. Après 46 journées, quatre formations s'affrontent pour jouer la montée lors d'une finale organisée à Wembley. Malheureusement, cette année, le stade sera vide mais habituellement, il y a 80 000 spectateurs pour ce match », explique Darren Tulett.

 

Pour CNN, c'est l'événement sportif le plus lucratif au monde


Chaque année, cette finale d'accession fait la une. En 90 minutes, tout peut arriver et tout changera. « La presse anglaise aime les chiffres et elle dit tous les ans que c'est le match à 100 millions, à 200 millions, à 500 millions d'euros. Celui qui monte rejoint la Premier League, et découvre un nouveau monde économique. C'est un match qui vaut très cher » analyse notre journaliste. Et il ne se trompe pas. Pour Deloitte, un score favorable à l'issue de ce match représente un gain de 190 millions d'euros. Si la relégation est évitée l'année suivante, ce chiffre dépasse les 330 millions. Suffisant pour que CNN considère cette rencontre de deuxième division anglaise comme l'événement sportif le plus lucratif du monde.

 

Dans les play-offs de Championship, la logique est rarement respectée


Plus qu'un match unique, il s'agit d'une compétition à part. La logique de la saison et la raison du sport sont rarement respectées dans ce mini-tournoi où l'engagement est total, les retournements de situations fréquents et les surprises permanentes. Tout le monde se souvient de l'improbable fin de match entre Leicester et Watford en 2013 et de nombreux médias ont évoqué la piteuse élimination d'un Leeds pourtant dominant l'an passé par Derby County. Ces matchs font la légende de ces barrages adoptés en 1987. Ces morceaux d'histoire empêchent Brentford, le troisième, d'être considéré comme favori.

« Ces play-offs sont cruels. Brentford a terminé troisième mais avec une victoire de plus, le club londonien aurait déjà son billet pour la Premier League. Leur défaite contre Barnsley est le symbole de cette fin de saison complètement dingue. Maintenant, le club londonien doit se refaire une santé pour ces matchs décisifs. C'est très compliqué de se relancer comme ça face à un sixième à qui tout réussi » analyse Darren Tulett. Et c'est exactement ce qui se produit cette année. Alors que le club le mieux classé de Championship n'a gagné les play-offs d'accession que 12 fois en 33 éditions, les Bees affrontent une formation de Swansea qui n'a perdu que deux de ses onze derniers matchs. Le club gallois, en pleine bourre, ne doit sa place dans le top 6 qu'à un petit but et il compte bien en profiter pour monter en Premier League. Ca tombe bien, il a autant de chance d'y arriver que Brentford, Cardiff ou Fulham.

Déjà champion, le Leeds de Bielsa renverse Derby County : 

 


>