FIFA : Une nouvelle mesure en cas de commotion cérébrales

Panoramic
Alors que cinq changements sont déjà autorisés pour les matchs de la Coupe du monde des clubs, les formations engagées vont désormais avoir le droit à un sixième changement, autorisé seulement lorsqu'il y a une suspicion d'une commotion cérébrale chez un joueur. C'est cette nouvelle mesure que la FIFA a annoncé, ce vendredi, vouloir tester dès le début de la Coupe du monde des clubs, qui aura lieu du 1er au 11 février au Qatar. Ce sixième remplacement est une première dans le monde du football. Néanmoins, les équipes n'auront le droit de recourir à ce changement qu'une seule fois par match. Les commotions cérébrales n'étant pas les blessures les plus courantes dans le monde du ballon rond.

Un remplacement dans la durée


Si un joueur sort après un gros choc lors d'un match et que son staff craint une commotion cérébrale, il le fait de manière définitive. Il ne pourra donc pas retourner sur la pelouse, dans le cadre de ce match-là. Contrairement au rugby, par exemple, où après des tests, un joueur peut rapidement revenir dans le jeu. Mais pourquoi ? Tout simplement pour la santé du joueur. L'Ifab, qui détermine les lois du football, préfère isoler le joueur. Le faire revenir sur le terrain est trop risqué puisqu'il peut subir un nouveau choc à tout moment. Ce qui pourrait aggraver sa situation. Cette solution de sortie définitive permet aussi d'éviter une pression inutile sur le joueur et ses médecins, de lui faire passer des examens plus complets et poussés, et de faire les choses correctement. En bref, cela laisse plus de temps à l'équipe médicale de mieux faire son travail et d'obtenir des résultats plus précis. Les commotions cérébrales peuvent ne pas être trop conséquentes pour la santé d'un joueur, comme elles peuvent être très dangereuses et causer de maladies neurologiques.

>