Une dynamique à confirmer pour les Bleus

Panoramic

"Le fait d'avoir cette tranquillité-là (...) laisse un peu plus de marge. Mais il ne faut en aucun cas galvauder ce troisième match. La dynamique est importante en interne", a affirmé le sélectionneur Didier Deschamps, resté très secret sur l'étendue de sa rotation. Des changements, "il y en aura" après les deux victoires probantes contre l'Australie (4-1) et le Danemark (2-1). "Combien? Vous ne le saurez pas et l'adversaire surtout ne le saura pas", a-t-il glissé mardi avant un entraînement à huis clos sans enseignement définitif.

Le flou demeure même sur l'identité du gardien titulaire, un poste où Deschamps n'entretient d'habitude aucun mystère. Cela se jouera donc entre le capitaine Hugo Lloris qui, avec une 142e sélection, partagerait le record national de Lilian Thuram, et le vétéran Steve Mandanda qui, à 37 ans et huit mois, deviendrait le joueur le plus âgé de l'histoire des Bleus. Sans la pression du résultat, la richesse de l'effectif permet aux champions du monde de reposer certains cadres et de sortir du banc d'autres joueurs qui piaffent d'impatience.

 

Mbappé d'entrée

 

De l'autre côté du terrain, la pression est maximale sur les Aigles de Carthage avant de pénétrer au stade Education City, dans l'ouest de Doha. L'unique point pris en deux matches par les partenaires de Montassar Talbi les contraint à créer l'exploit pour avoir une chance d'atteindre les huitièmes, en espérant un faux pas de l'Australie face au Danemark à la même heure. "On a une occasion en or de se racheter, de réaliser quelque chose de grand", a souligné le défenseur de Lorient, en référence à la défaite frustrante contre les Australiens (1-0).

Pour le milieu Aurélien Tchouaméni, la Tunisie peut s'appuyer sur "des joueurs talentueux qui sont techniques, capables de mettre beaucoup d'intensité dans leur match. Ils vont tout donner avec l'apport de leurs supporters", nombreux au Qatar. Les Bleus en comptent beaucoup moins mais ils ont Mbappé, trois buts en deux matches, animé par la quête du trophée de meilleur buteur du tournoi. Sera-t-il aligné d'entrée mercredi? La question peut s'étendre aux autres attaquants titulaires, d'Ousmane Dembélé à Olivier Giroud en passant par Antoine Griezmann, installé comme meneur reculé dans l’entre-jeu depuis le début du Mondial.

 

L'Argentine tremble

 

En défense, la menace de suspension planant sur Jules Koundé, averti contre le Danemark, plaide pour une mise au repos du Barcelonais au profit de Benjamin Pavard. Après deux titularisations, Dayot Upamecano pourrait laisser sa place à l'un des nombreux défenseurs centraux de l'effectif, comme Ibrahima Konaté ou William Saliba. L'encadrement devra aussi faire un choix pour Raphaël Varane, revenu à la compétition seulement samedi après cinq semaines à l'infirmerie. Le défenseur de Manchester United, encore à la recherche de rythme, s'est dit prêt à enchaîner. Au-delà des cas individuels, les Bleus veulent surtout préparer au mieux le "deuxième tournoi" qui les attend à partir des huitièmes, avec un adversaire connu en fin de soirée. Il se trouvera parmi les acteurs de Pologne-Argentine et Arabie saoudite-Mexique (20h00).

Les possibles retrouvailles avec l'Albiceleste de Messi, comme en 2018, un match référence du Mondial russe (4-3), font saliver la planète football. Mais les Sud-Américains doivent battre Robert Lewandowski et sa bande pour être certains de rester en vie à coup sûr. La défaite initiale 2-1 contre l'Arabie saoudite de Hervé Renard a plombé les Argentins et le spectre d'une élimination cauchemar hante encore tous les esprits, malgré le rebond réussi face au Mexique (2-0). Les Français disent attendre leur adversaire sans se projeter. "Les huitièmes de finale, c'est là où il y a les meilleures équipes dans la Coupe du monde. Tu n'as pas le droit de te cacher", résume Tchouaméni.


>