Portugal : Fernando Santos tance un peu Ronaldo

Reuters
Le Portugal y était presque et puis… Patatras. A quelques minutes près, la Seleçao se qualifiait pour le Final Four de la Ligue des Nations puisque le nul qu’elle tenait à domicile devant l’Espagne (0-0) suffisait pour finir première de son groupe 2. Et puis Alvaro Morata a surgi à la 88eme minute et anéanti tous les supporters massés à Braga. Grâce à son attaquant, la Roja l’a emporté à l’arraché (1-0) et décroché son billet pour la compétition à quatre l’an prochain.


« Cristiano a eu deux, trois opportunités que normalement il met au fond »

Ronaldo avait la mine des mauvais jours lors du but et surtout au coup de sifflet final. A 37 ans, le capitaine portugais se voyait bien briguer une deuxième Ligue des Nations après celle glanée en 2019. CR7 maugréait sur le terrain lusitanien après le revers des siens qui avaient remporté trois de leurs cinq matchs précédents dans la compétition. Une nouvelle fois titulaire en sélection alors qu’il est désormais remplaçant à Manchester United depuis le début de saison, Ronaldo est encore resté muet lors de sa 191eme sélection (117 buts).
Depuis novembre 2021, Cristiano Ronaldo n’a marqué que 2 buts en 9 sorties avec le Portugal. Le quintuple Ballon d’Or est clairement moins en vue, malgré quelques situations en sa faveur mardi soir à Braga. Après la rencontre, son sélectionneur lui a glissé un petit tacle et s’est voulu fataliste. « Ce qui m'intéresse c'est le niveau de l'équipe. Cristiano a eu deux, trois opportunités que normalement il met au fond. On s'attend tous à ce qu'il marque, il ne l'a pas fait, c'est le football », a commenté Fernando Santos. Place désormais à la Coupe du Monde dans moins de deux mois au Qatar. Une compétition que n’a jamais gagné Ronaldo. « L'Espagne comme le Portugal est certainement candidate à gagner le Mondial. Il y a trois jours tout était mauvais pour elle et aujourd'hui tout va bien. C'est le football, il y a des hauts et des bas. La réponse, c'est de jouer le Mondial avec la même conviction que nous avions avant cette rencontre », a relevé Santos.

>