Les finales de Coupe du Monde : 1958 et 1970, les triomphes du Roi Pelé

Reuters

1958 : Brésil - Suède (5-2)


La finale de la Coupe du Monde 1958, et même l'ensemble de la compétition, porte bien sûr un nom : celui de Pelé. Après son triplé en demi-finales face à l'équipe de France (une autre victoire 5-2), le gamin de 17 ans fait à peine moins bien en finale, avec un doublé qui lancera définitivement son mythe. Les Brésiliens, pourtant, n'étaient pas forcément favoris face au pays hôte, d'autant que jamais un pays non-européen ne s'était encore imposé sur le Vieux Continent.

Pour cette sixième édition, la Seleçao est rapidement menée 1-0 sur un but de Nils Leidholm (4eme). Mais Vava, à chaque fois sur deux passes de Garrincha (9eme, 32eme), permet au Brésil - encore dépourvu de la moindre étoile - d'être devant à la pause. En seconde période, au-delà du doublé de Pelé (55eme, 90eme), un certain Mario Zagallo marquera aussi (68eme), à peine contrarié par le but du 4-2 d'Agne Simonsson (80eme). Cette finale est aussi la dernière dirigée par un arbitre français, Maurice Guigue (et la deuxième après Georges Capdeville, en France, en 1938).

1970 : Brésil - Italie (4-1)


Si 1958 reste la finale la plus spectaculaire de l'histoire d'un strict point de vue comptable, avec sept buts, celle de 1970 à Mexico demeure unanimement la partition la plus achevée d'une sélection, à un tel niveau de compétition et d'enjeu. Zagallo, qui remportera au total quatre des cinq couronnes brésiliennes (avec 1962 en joueur et 1994 en entraîneur adjoint), est devenu sélectionneur. Pelé ouvre le score (18eme), mais Roberto Boninsegna égalise peu avant la mi-temps (38eme).

L'Italie, qui sort d'une demi-finale de légende face à l'Allemagne (4-3 en prolongation, le bras en écharpe pour Franz Beckenbauer), subit au retour des vestiaires la magie des Brésiliens. Gerson (66eme), Jairzinho (71eme) puis ce fameux but du capitaine Carlos Alberto sur une passe à l'aveugle de Pelé (86eme), concluant une des plus belles actions de tous les temps, offrent définitivement le trophée Jules-Rimet à la Seleçao. Pelé est le premier joueur à être sacré trois fois champion du monde. Personne ne l'a jamais rejoint.