La Belgique s'écroule, l'Allemagne déçoit plus que jamais, le Danemark se manque, ... les grandes déceptions du premier tour au Mondial 2022

Icon Sport

Hier soir, la phase de groupes de la Coupe du monde 2022 au Qatar a pris fin avec les deux matchs du groupe H et ceux du groupe G. Dans la poule H, le Portugal était opposé à la Corée du Sud, qui a battu les Portugais 2 buts à 1 et s'est qualifiée pour les 8es, tandis que le Ghana et l'Uruguay se sont affrontés avec une élimination des deux sélections malgré le succès 2 à 0 de la Céleste. Dans le groupe G, le Brésil a perdu face au Cameroun 1 but à 0 mais a conservé sa première place, alors que la Suisse a battu la Serbie 3 buts à 2 et ira en 8e de finale. Après la fin de la phase de poules, il est temps de faire un petit récapitulatif des plus grosses déceptions de ce premier tour. Trois équipes sortent du lot au vu des énormes déceptions apportées après les trois matchs de la phase de poules. Bien évidemment, il s'agit de l'Allemagne, de la Belgique et du Danemark. Chacune des trois sélections a déçu, à sa manière, et devra se relever de cette terrible Coupe du monde en vue de l'avenir. Mais comment ? C'est là le grand défi qui va s'annoncer pour chacune des sélections...

 

L'Allemagne se manque pour la deuxième fois de suite

 

Pour l'Allemagne, la désillusion est complète après une deuxième élimination consécutive en phase de poules de la Coupe du monde. Si 2018 avait été un véritable camouflet étant donné que la Mannschaft était championne du monde en titre, 2022 va rester en travers de la gorge au vu des promesses affichées. Ces derniers mois, les joueurs d'Hansi Flick, qui avait pris le relais de Joachim Löw après l'Euro 2020, ont pourtant affiché de belles choses, notamment durant la Ligue des Nations et une victoire 5 buts à 2 face à l'Italie, championne d'Europe en titre. Mais les Allemands avaient aussi eu des trous d'air, comme en témoigne cette défaite le 23 septembre à domicile face à la Hongrie (0-1). Seulement, on pensait l'Allemagne capable de belles choses pour cette Coupe du monde au Qatar et le statut d'outsider pour les partenaires de Manuel Neuer aurait pu leur permettre d'aller très loin.

Il n'en sera rien après une terrible claque prise au terme de cette phase de poules, où les champions du monde 2014 auront perdu d'entrée contre le Japon (1-2), avant d'accrocher difficilement l'Espagne (1-1) et de finalement battre le Costa Rica en vain (2-4). Les joueurs d'Hansi Flick ont montré leurs limites dès le premier match avec cette défaite face à des Japonais auteurs d'une fin de match renversante. Surprenant tout le monde, le Japon avait mis l'Allemagne au pied du mur avant son affrontement face à une Roja séduisante. Et après un match nul 1 but partout face aux Espagnols, les quadruples champions du monde n'avaient plus leur destin entre leurs mains car une victoire du Japon face à l'Espagne permettait aux deux équipes de filer en 8e de finale et de laisser l'Allemagne sur le bord de la route. Ce qui est arrivé jeudi soir, précipitant la chute de la Mannschaft hors de cette Coupe du monde 2022. Avec désormais l'Euro à domicile dans sa ligne de mire en 2024, l'Allemagne doit se reconstruire. Cela aura sûrement lieu avec Hansi Flick, prêt à se battre pour rester à la tête de la sélection, mais il est certain que des cadres comme Thomas Müller, Manuel Neuer ou encore Ikay Gündogan pourraient bien faire leurs adieux, de façon voulue ou non, à la sélection. Car l'Allemagne a aujourd'hui un grand besoin de se régénérer et de retrouver de l'allant pour enfin atteindre à nouveau les sommets. Le défi sera conséquent. 

 

La Belgique s'écroule au Qatar

 

Si l'Allemagne a énormément déçu, que dire de la Belgique pour cette Coupe du monde 2022 ? La sélection belge a déjà fait ses valises en vue d'un retour au Plat-pays et ce après une terrible phase de poules. Les Diables Rouges, si séduisants en Russie en 2018 et 3es du Mondial, sont arrivés au Qatar avec un état d'esprit totalement différent d'il y a quatre ans. La faute à un effectif vieillissant (ce qui a d'ailleurs beaucoup fait parler et a occasionné un clash chez les joueurs) et à un sélectionneur qui a semblé avoir atteint ses limites. Ainsi, Roberto Martinez, présent à la tête de la sélection depuis août 2016, était sûrement à bout de souffle au vu de ses choix durant les trois matchs de la phase de poules. Notamment celui de ne pas titulariser Romelu Lukaku lors du dernier match face à la Croatie. Martinez a eu bien du mal durant ce Mondial et il a finalement annoncé son départ après l'élimination des Belges jeudi soir. Mais réduire l'élimination de la Belgique aux choix du sélectionneur serait prendre un raccourci bien trop facile. 

Car la responsabilité de cette élimination va également aux joueurs, qui ont semblé dans le dur physiquement durant la phase de poules. Avec un succès étriqué face au Canada pour débuter (1-0), les partenaires d'Eden Hazard ont directement inquiété mais ils avaient cependant obtenu trois points. Ils pouvaient ainsi aborder le deuxième match face au Maroc avec ambition. Mais il n'en a rien été car ce sont les Lions de l'Atlas qui ont étouffé les 3es du Mondial 2018, réussissant un match de feu, notamment en seconde période. Avec un succès 2 buts à 0, le Maroc a fait tomber une Belgique obligée de s'imposer lors du dernier match face à la Croatie. En cas de résultat autre que la victoire, la sélection belge était certaine de prendre la porte. Et c'est ce qui est arrivé puisque les Diables Rouges ont été tenu en échec 0 à 0 par le finaliste du Mondial 2018, qualifié pour les 8es de finale. Après cette élimination jeudi soir, les mines étaient dépitées du coté belge, notamment pour Romelu Lukaku, en pleurs. Il va être désormais bien évidemment question d'un renouvellement, avec des cadres vieillissants et qui sont apparus dans le dur, comme Jan Vertonghen, Eden Hazard, Romelu Lukaku et même Kevin De Bruyne, qui n'a pas sorti un Mondial de feu. Si habitué à de grandes performances à Manchester City, le meneur de jeu a paru piocher et il pourrait bien s'effacer de la sélection, même si cela n'est pas encore à l'ordre du jour. Il va maintenant falloir connaître le nom du nouveau sélectionneur car son travail sera conséquent en vue de redonner un nouveau souffle aux Diables Rouges, complètement éteints au Qatar pour ce Mondial 2022.

 

Le Danemark, un outsider qui a fait pschitt

 

C'est une déception qui reste moindre comparée à celles de l'Allemagne et de la Belgique mais le Danemark a finalement dit adieu à la Coupe du monde 2022 dès la phase de poules. Ce qui semblait être totalement impossible lors du tirage au sort, où les Dynamites danoises avaient été placées dans le groupe de la France, de l'Australie et de la Tunisie. Il paraissait presque sûr que la France allait terminer en tête, mais le Danemark avait largement les arguments pour se qualifier et même embêter les Bleus pour cette première place du groupe D. Seulement, rien ne s'est passé comme prévu avec un premier match face à la Tunisie qui a montré que cette poule serait bien plus ouverte que prévu. Avec un 0-0 face aux Aigles de Carthage, les Danois avaient manqué l'occasion de débuter par un succès avant d'affronter la France. Et cela a été préjudiciable puisque les partenaires de Kylian Mbappé, étincelant lors du match et auteur d'un doublé, ont éteint le Danemark avec un succès 2 buts à 1. Les coéquipiers de Christian Eriksen étaient dos au mur et devaient s'imposer dans leur dernier match face à l'Australie pour se qualifier. Mais à la surprise générale, les Socceroos l'ont emporté 1 but à 0 et se sont qualifiés pour les 8es de finale. Le Danemark, après le succès de la Tunisie face à la France (1-0), a même terminé dernier du groupe D ! 

Une chose impensable au moment de débuter le Mondial, surtout que le Danemark avait gagné deux fois contre la France ces derniers mois en Ligue des Nations et avait terminé 2e du groupe derrière la Croatie. Avec un statut d'outsider très sérieux, le Danemark avait de quoi y croire pour ce Mondial, souhaitant imiter l'exploit de 1992 lors d'un Euro remporté par un Danemark pas attendu par les observateurs. Cette fois-ci, beaucoup ont vu le Danemark comme un potentiel trouble-fête mais les Dynamites danoises n'ont perturbé personne et la surprise est finalement tombée rapidement à l'eau. Cette élimination pourrait laisser des traces chez les Danois, qui devront repartir de l'avant en vue de se qualifier pour l'Euro 2024 et ainsi tenter, cette fois-ci, de réussir un grand exploit. Cela est possible au vu de l'effectif qualitatif du Danemark mais il faudra oublier cette déception du Mondial 2022 où l'outsider scandinave aura fait pschitt.

 


>