Coupe du Monde 2018 : De Gea, "le top 3 mondial"

On ne change pas un gardien qui perd ! C’est sûr, la mesure pourrait exiger de prendre plus de gants avec David De Gea, mais son erreur manifeste contre le Portugal pose logiquement question. Comme l’a rappelé Fernando Hierro en conférence de presse, "il est dans le top 3 des meilleurs gardiens du monde et il sera titulaire face à l’Iran". Et si vous suivez un tant soit peu la presse espagnole, vous savez pertinemment que la polémique, comme toujours, a été 100 ou même 1 000 fois plus élevée qu’elle aurait pu l’être en France.

C’est d’ailleurs dans ce contexte que Hierro a donné cette réponse, interrogé de cette manière par nos confrères ibériques. "Ce n’est pas la même chose pour tous les joueurs. De Gea va jouer, c’est clair. On a une confiance totale en son travail." C’est déjà lui qui avait mis l’Espagne dans la tourmente lors de l’Euro 2016, avec une affaire de présumée agression sexuelle (il a été blanchi depuis). Sa saison à Manchester United a encore été remarquable, gagnant plusieurs matches à lui tout seul.

Il aura moins de travail contre l'Iran

 

D’où l’étonnement sur sa faute de main, une des seules aussi manifestes depuis le début de la Coupe du monde 2018 (sur le but de Cristiano Ronaldo permettant au Portugal de mener 2-1). Mais l’avantage pour De Gea, comme pour les autres, c’est que l’Espagne s’est offert ce nouveau et énorme psychodrame avec le changement de sélectionneur à deux jours du début de la compétition. Alors, à côté de ça, des mains qui glissent vaguement… La Roja ne peut que rechercher l’unité à tout prix, et le match contre l’Iran doit permettre de remettre les pendules à l’heure.

"On veut laisser tout ça derrière nous, résume le capitaine Andres Iniesta. Ce n’était agréable pour personne, mais on veut se concentrer sur ce qui nous attend. On n’a jamais douté malgré ce changement de coach, on est convaincus que ce qu’on a fait et ce qu’on fera est bien. Face au Portugal, on a montré une fois de plus notre personnalité et notre confiance. Ce qui nous caractérise, c’est l’unité. Pour la majeure partie, on se connaît depuis longtemps. Dans ces moments-là, dans un groupe, on montre la confiance qu’on a l’un envers l’autre. On va tous dans la même direction." Et puis, contre l’Iran, De Gea devrait avoir moins de travail que vendredi... Mais il lui faudra d’autant moins se louper sur le seul arrêt, peut-être, qu’il aura à effectuer.

Le résumé d'Espagne-Portugal :

 


>