Coupe du Monde 2018 : Davinson Sanchez et ses ennemis d'un soir

Reuters

Malgré sa courte expérience, à 22 ans, Davinson Sanchez n’a pas perdu de temps pour montrer l’étendue de son talent. Le plus jeune joueur de la sélection colombienne s’est installé comme un solide titulaire dès sa troisième sélection, soit un peu moins d’un an après sa première convocation pour un match face au Vénézuela en septembre 2016. Depuis, il n’a plus quitté le groupe et le onze de José Pekerman. Tantôt associé à Cristian Zapata, Jeison Murillo ou dernièrement avec le Barcelonais Yerry Mina, le joueur de Tottenham est un maillon essentiel de la défense des Cafeteros

Après avoir épaté tout son monde à l’Ajax Amsterdam, avec une finale d’Europa League perdue face à Manchester United, Tottenham n'a pas hésité un seul instant pour dépenser plus de 40 millions d'euros pour s’attacher les services de l’international colombien. Là-aussi, il devient la pierre angulaire du 3-5-2 façonné par Mauricio Pochettino. Solide et imprenable dans les airs grâce à une belle lecture du jeu, il a vite fait l’unanimité outre-Manche. Son art de la défense et du placement, c’est sans doute grâce à son admiration pour Franco Baresi et Paulo Maldini « Mon modèle c’est Franco Baresi. J’étais trop jeune pour le voir jouer, mais tout le monde parlait de l’incroyable défense de l’AC Milan. J’ai donc visionné plusieurs vidéos sur Internet pour apprendre de lui ou de Maldini ».

Un début en Coupe du Monde bien loin des espérances

Ses débuts en Coupe du Monde n’ont pas été ceux que la Colombie attendait. Associé à Murrillo, Davison Sanchez a vite craqué en se faisant déborder par Yuya Osako, qui a créé l’occasion du carton rouge de Carlos Sanchez. Le match face aux Japonais a tourné au calvaire pour lui, avec seulement 37,5% de duels gagnés et seulement 20% de duels aériens remportés… Trop peu pour celui qui mesure 1m87.

Associé à Yerry Mina pour le deuxième match face à la Pologne, Sanchez a pu s’appuyer sur le Barcelonais pour masquer ses pauvres statistiques (72% de passes réussies et un seul tacle réussi). Résultat des comptes, le joueur formé par l’Atlético National a réalisé un match à l’image de ceux réalisés en club avec 87,5% de passes réussies et de nombreux duels gagnés.

Le duel Kane / Sanchez vaut le coup d’œil              

Ce soir face à l’Angleterre, il croisera la route de pas mal de coéquipiers en club (Harry Kane, Kieran Trippier, Danny Rose, Eric Dier, Dele Alli). Le duel avec le premier d’entre eux risque de faire des étincelles. Si le Colombien connait bien ses adversaires d’un soir, c’est également le cas de ses coéquipiers de Tottenham : « C’est un super joueur, il faudra être prêts à l’affronter. Nous savons comment il joue, nous connaissons ses points faibles et nous allons chercher à les exploiter », confiait Dele Alli en conférence de presse.

Entre le meilleur buteur de la compétition, Harry Kane, et le benjamin des Colombiens, Davinson Sanchez, la lutte sera acharnée dès le coup d’envoi. Les deux se connaissent parfaitement. Celui qui prendra le dessus sur l’autre enlèvera une grosse épine du pied à sa sélection.