Barrages Coupe du Monde : le pays de Galles bat l'Autriche 2-1 et se qualifie en finale de barrages

Reuters

Deux coups de patte géniaux de l'inoxydable Gareth Bale, 32 ans, ont permis au pays de Galles de battre l'Autriche (2-1), jeudi, en demi-finale de barrages du Mondial-2022 et de se rapprocher encore du Qatar. Quatre-vingt-dix minutes, ou peut-être 120, voire une hypothétique séance de tirs au but, lors de la finale de la  voie A des barrages, voilà ce qui sépare le pays de Galles de la deuxième Coupe du Monde dans son histoire, après celle de 1958 en Suède. Ce sera contre l'Ecosse où l'Ukraine, dont la demi-finale a été repoussée à juin en raison de l'invasion russe en Ukraine. Et ce match historique, les Gallois le joueront encore dans le Cardiff City Stadium qui a chanté si fort pour les porter face à l'Autriche, surtout dans les 20 dernière minutes nerveuses, après la réduction du score par les visiteurs qui a failli tout gâcher.

Car la soirée avait été presque idéale jusque-là, malgré une énorme frayeur dès la 5e minute, quand Christoph Baumgartner avait trouvé la barre, bien aidé par un tacle décisif de Neco Willams, alors que Wayne Hennessey était battu. Un avertissement sans frais qui avait été vite oublié après les deux morceaux de bravoure du héros local, Bale, à la cave en club au Real Madrid, mais sur qui le maillot national semble avoir des vertus de cure de jouvence, lui faisant retrouver des éclairs de génie de ses débuts. Sur un coup-franc légèrement excentré sur la droite du but adverse, il a décoché une frappe dans la lucarne qui a littéralement mis à genou le gardien autrichien, Heinz Lindner (1-0, 25e). Au début de la seconde période, il s'est emparé d'un ballon après un corner et sa frappe puissante du gauche et en pivot est allée trouver le petit filet opposé (2-0, 51e).

Un but bêtement concédé, Ben Davies déviant une frappe de Marcel Sabitzer hors de portée de Hennessey qui semblait bien placé a failli faire vaciller le rêve gallois (2-1, 65e). Les occasions ratées par Aaron Ramsey (40e) ou Dan James (66e, 71e) auraient longtemps hanté les esprits en cas d'épilogue malheureux. Mais au son du "Vieux pays de mes ancètres" repris en coeur par les 33.000 spectateurs, les Gallois n'ont rien concédé à leurs hôtes et ils espèreront mettre fin à 64 ans d'une trop longue attente en juin.


>