Balotelli "peut aider" mais Mancini ne lui "promet rien"

Reuters

"Ce qu'il m'a promis? Absolument rien… Il a été appelé comme d'autres ont été appelés. On est curieux de le revoir après un peu de temps. Il ne doit rien me promettre, comme je ne dois rien lui promettre. On va évaluer s’il peut donner un coup de main", a expliqué Mancini lors d'une conférence de presse en ligne, en ouverture de ce stage de trois jours à Florence. "Sur le plan technique, Mario a toujours été bon, ce n’est pas un problème. Il faut voir où il en est physiquement. On l’a un peu perdu de vue", a ajouté le sélectionneur italien, qui va procéder à une large revue d'effectif (35 convoqués) en vue des barrages contre la Macédoine du Nord puis, en cas de victoire, contre le Portugal ou la Turquie. "Ce qui est aussi fondamental, c'est qu'un joueur s'intègre dans un groupe existant, un groupe qui a eu de bons résultats", a-t-il rappelé au sujet de l'ex-attaquant de l'Inter Milan, de Manchester City et de Nice (36 sélections, 14 buts). 

Mancini a refusé de qualifier de "désespéré" le recours à Balotelli, 31 ans, éloigné de la sélection depuis plus de trois ans et désormais au club turc de l'Adana Demirspor après avoir évolué en Serie B, à Monza. "La porte de la Nazionale est toujours ouverte à tous", a-t-il tranché. Le sélectionneur azzurro compte profiter des quelques séances de la semaine pour essayer de travailler différents systèmes même s'il a reconnu que sa principale "préoccupation" était de ne pas d'avoir d'absents supplémentaires en mars, alors que Federico Chiesa est forfait jusqu'à la fin de la saison et que Leonardo Spinazzola, gravement blessé pendant l'Euro (tendon d'Achille), ne sera a priori pas encore disponible. Championne d'Europe en titre, l'Italie redoute particulièrement ces matches de mars après avoir déjà manqué la dernière Coupe du monde en 2018, une première depuis 60 ans, après une élimination, déjà aux barrages, contre la Suède (0-1, 0-0). 


>