Algérie : Belmadi se paye encore Delort

Panoramic

Djamel Belmadi n'a toujours pas digéré sa conversation avec Andy Delort. Le 7 octobre dernier, le sélectionneur de l'Algérie avait expliqué l'absence du joueur pour les rencontres face au Niger, dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde 2022. "Il y a quatre ou cinq jours, il m'envoie un message (...) en me disant vouloir 'privilégier son club' parce qu'il veut devenir titulaire. Il estime qu'il va devoir se battre avec Dolberg et Gouiri. Et que pour ça il doit mettre l'équipe nationale 'entre parenthèses', mais uniquement pendant un an. Donc pas de CAN..", avait commenté Belmadi en conférence de presse, évoquant une discussion "houleuse" entre les deux hommes.

"Il aurait dû s'adresser d'abord à la presse et à la population algérienne"


Invité de l'émission 'Rothen s'enflamme' sur les antennes de RMC Sport ce jeudi, Belmadi a pointé du doigt le comportement de Delort, laissant clairement passer l'idée que l'attaquant de l'OGC Nice (11 sélections avec l'Algérie) pouvait oublier un futur avec les Fennecs sous sa direction. "En conférence de presse, j’ai dit mot pour mot ce qu’il a écrit, mais on appelle les personnes. On dit les choses en face. C’est une décision lourde de sens. Il aurait dû s’adresser d’abord à la presse et à la population algérienne", a expliqué Belmadi dans des propos retranscrits par RMC. "Il me parle de la concurrence qu'il a à Nice. Donc il accepte la concurrence à Nice et il se bat, mais il ne l’accepte pas en équipe nationale d’Algérie. Il y a un non-sens total."

Un comportement irrespectueux d'après Belmadi

Alors qu'Andy Delort a affirmé qu'il se mettait en retrait de la sélection durant un an, avec l'espoir possible, sans doute, de disputer la Coupe du monde sous le maillot de l'Algérie, Belmadi a repris de volée l'attitude de l'attaquant âgé de 30 ans. "Ça, c'est la grosse blague de l'année. C'est ou de la grosse stupidité, ou le culot qui n'a pas de limite. C'est uniquement pour un an, nous on accepte pas ça. Donc nous on va jouer sous 40° au Niger, dans des conditions exécrables, on va se taper dans toute l’Afrique pendant une campagne de qualifications qui est un peu, quasiment l'enfer, et quand tout est fait, quand tout est réglé, le monsieur revient comme une petite mariée : 'C’est bon je suis dispo maintenant ?' C’est doublement nous manquer de respect", s'est emporté le vainqueur de la CAN 2019.

En outre, il a précisé que le natif de Sète avait de lui-même voulu rejoindre la sélection, avec une forte détermination. "Il a démarré le jour de la CAN 2019. On lui a rendu service. Il est venu, il a fait des pieds et des mains pour arriver en équipe nationale. Jusqu'à la dernière seconde, le gars ne nous a pas lâché. Je ne suis pas éternel à la tête de l'équipe nationale d'Algérie", a clamé Belmadi.

>