Trop confiants, les Anglais ?

Reuters

Avant le début de ce Mondial russe, les attentes n’étaient pas forcément très élevées pour cette jeune équipe d’Angleterre, et son sélectionneur, Gareth Southgate (47 ans), qui l’est presque tout autant. L’objectif, plus ou moins avoué, était d’atteindre, au moins, les quarts de finale.

Mais après la première phase, conclue par une défaite 1-0 contre les Belges dans un match de remplaçants, tout le Royaume s’enflamme pour ses Three Lions. Certaines voix discordantes se sont pourtant faites entendre après cette rencontre face aux Belges, avec une défaite quasiment voulue, pour hériter de la partie de tableau, a priori, la plus abordable, mais qui a pu casser leur élan.

Un bilan famélique depuis 1990

Notamment celle d’Alan Shearer, dans sa chronique pour la BBC: "Je ne pense pas que nous devrions déjà prévoir notre parcours jusqu’à la finale, et dire que nous n’aurons qu’à battre la Suède ou la Suisse en quarts pour atteindre le dernier carré. Avec notre bilan lors des grandes compétitions, comment pouvons-nous être aussi arrogants en se projetant ainsi, ou en croyant que nous allons marcher sur tout le monde ?"

L’illustre buteur (63 sélections, 30 buts) rappelle aussi que "l’Angleterre n’a gagné que deux matches éliminatoires au Mondial depuis 1990 (face au Danemark en 2002 et à l’Equateur en 2006, ndlr). Donc avant de s’enflammer, occupons-nous d’abord de la Colombie." Car avec ou sans James Rodriguez, touché au mollet, les Cafeteros vendront chèrement leur peau mardi soir à Moscou.