Portugal : Il n'y a pas que Ronaldo dans la vie...

Panoramic

Fernando Santos n’avait cessé de le répéter durant l’Euro 2016, et la recette avait plutôt bien fonctionné: le Portugal ne se résume pas à Cristiano Ronaldo. Il n’est toujours pas anodin de le rappeler, après l’énième démonstration de "CR7" vendredi contre l’Espagne. Avec ce triplé face à son meilleur ennemi, dont cet incroyable coup franc dans les dernières minutes pour ramener la Selecçao à 3-3, Cristiano Ronaldo n’a pas seulement pris seul la tête du classement des buteurs de la Coupe du monde 2018.

Bien sûr, il a inscrit une ligne de plus à sa légende. Mais Fernando Santos calme donc le jeu en conférence de presse, inlassablement: "C’est notre capitaine et il est très important pour l’équipe, dans tous les aspects du jeu. Mais il ne gagne pas seul. On assume ce qu’on est capables de faire, mais ce qui nous a conduit à être champions d’Europe, c’est aussi le respect et l’humilité. J’espère que Cristiano Ronaldo jouera bien et qu’on pourra prendre les trois points." Pour Pepe, son ancien partenaire du Real Madrid, la musique n’est pas différente.

Lui-même un dingue de rigueur

"Il a fait des débuts de rêve, oui, admet celui qui évolue désormais au Besiktas Istanbul. Mais le plus important, c’est son travail et son humilité sur le terrain. On est très heureux avec lui, comme avec tout le monde." L’équipe, l’équipe, l’équipe. Un journaliste a bien tenté une question sur l’éventualité d’un Real sans Cristiano Ronaldo, mais Pepe n’a pas voulu commenter. Après ce nul face à l’Espagne, les Portugais peuvent viser plus haut que leurs espérances de base, avec une éventuelle première place du groupe.

f

 

Mais ils doivent aussi, et surtout, ne pas céder à la facilité. Un accroc face au Maroc mercredi après-midi reste bien sûr dans le domaine du tout à fait possible. "On doit être intenses dans tous les aspects du jeu, sermonne Fernando Santos. Si on l’est, on gagnera. On n’est pas tout seuls, c’est un Mondial et on doit respecter le Maroc, une excellente équipe. On veut gagner, mais le talent ne suffit pas. On doit jouer comme à l’Euro 2016. On doit courir beaucoup et travailler dur, ce ne sera pas facile, prévient à son tour Pepe. On est concentrés et on essaiera de gagner de la meilleure des manières." Et quand le guide suprême est lui-même un dingue de rigueur…