Cornet suit l'exemple

Julien Benneteau démarre son mandat de capitaine des Bleues comme dans un rêve. Après le premier point glané samedi par Caroline Garcia face à Alison van Uytvanck, Alizé Cornet a eu encore moins de mal alors que la tâche était pourtant plus rude. Contre Elise Mertens, 21e mondiale tandis que la Niçoise ne figure même pas dans le top 50 (51e au classement WTA), cette dernière l’a emporté en deux manches (7-6, 6-2) et place ainsi l’équipe de France dans des conditions idéales en Belgique, avec ce 2-0 au terme du premier jour.

"Dans ma tête, c’est elle qui avait le plus de chances de gagner, explique Julien Benneteau sur beIN SPORTS. Avec le staff, on lui a fait sentir que ce n’était pas du tout un choix par défaut, qu’on avait confiance en elle à 100%. Peut-être que ça lui a apporté du réconfort, que ça l’a décomplexée par rapport à son passé. Pour moi, ce passé, il n’existe pas, d’autant que les cinq filles n’ont aucun passé en commun. C’est un nouveau capitaine, une nouvelle aventure, une nouvelle page. C’est à elles d’écrire leur histoire."

C’était pourtant mal parti pour Cornet, qui a perdu son service dès le premier jeu de la rencontre. Et si le score peut laisser croire le contraire, le match a été très équilibré et la Française a su être efficace sur ses balles de break et surtout très bien défendre sur les nombreuses occasions de son adversaire, avec un ratio de 4/7 contre 2/11 pour la Belge. Car pour le reste, les deux filles ont fait le jeu à part quasiment égale (21 coups gagnants et 21 fautes directes pour Mertens, contre 20 et 20 du côté de Cornet).