GP d’Italie : Alonso minimise l'incident entre Hamilton et Verstappen



La guerre des étoiles se poursuit en F1. Et un nouveau rebondissement apparaît à chaque Grand Prix dans la lutte à couteaux tirés pour le titre de champion du monde. Si, mis à part la saison 2016, Lewis Hamilton domine sans partage le championnat depuis sept ans, le Britannique est plus que jamais menacé par Max Verstappen. Au volant de sa Red Bull Racing, le Néerlandais pointe en tête du classement pilotes mais avec une marge de seulement cinq points sur son rival avec huit courses encore à disputer cette saison. Le Grand Prix d’Italie, disputé le week-end dernier à Monza, a été un nouveau tournant dans cette lutte acharnée avec l’accrochage entre les deux candidats au titre, la RB16 de Max Verstappen montant la W12 de Lewis Hamilton au premier virage du 26eme tour. Un accident qui a provoqué l’abandon des deux pilotes. Si l’actuel leader du championnat s’est défendu en avançant qu’il n’avait pas assez d’espace pour passer à l’intérieur du virage, les commissaires de la FIA l’ont sanctionné d’un recul de trois places sur la grille du départ du prochain Grand Prix, le 26 septembre prochain à Sotchi.


Un positionnement malheureux selon Alonso


Une décision qui, pour Fernando Alonso, est incompréhensible. Ancien coéquipier et rival de Lewis Hamilton chez McLaren lors de la saison 2007, l’Espagnol juge que cet accrochage n’est qu’un simple incident de course pour lequel le pilote néerlandais ne devrait pas être sanctionné. « Ils en sont là, les deux champions, ils se battent toujours jusqu’à la limite et, pour être honnête, j’ai vu l’incident après la course, en vidéo. Cela ressemble à un positionnement malheureux entre la courbe et les vibreurs, a ainsi déclaré le pilote Alpine. La voiture saute un peu, puis ils se touchent roue contre roue et c’est ça qui fait voler une voiture. Mais c’est à basse vitesse, tu sais, ils vont à 30 ou 40 km/h, il n’y a pas de danger lié à la vitesse, il n’y a rien. »


Alonso : « C’est la conséquence qui a été jugée »


L’ancien double champion du monde a fait la comparaison avec l’accrochage entre les deux pilotes lors du Grand Prix de Grande-Bretagne qui, selon lui, est différent car la vitesse des deux monoplaces n’était pas la même. « Je ne pense pas que ce soit un gros problème. A Silverstone, c’était probablement une autre histoire mais là ce n’était qu’un incident de course selon moi, a confié Fernando Alonso. Je pense que Lewis Hamilton a essayé d’ouvrir au virage 1 pour forcer Max Verstappen à céder. Il ne l’a pas fait. Il est resté à l’extérieur, mais ensuite il n’était pas possible de passer le virage 2 à l’intérieur. » Pour le pilote espagnol, l'écurie Red Bull Racing et Max Verstappen ont donc été injustement sanctionné. « Ce qu’ils ont fait n’est pas très différent des cinq ou six incidents que nous avons vus au départ, ajoute l’Asturien. Je ne comprends donc pas pourquoi il y a une pénalité. C’est la conséquence qui a été jugée. » Un jugement personnel mais qui est toujours à l'encontre de Lewis Hamilton, avec lequel l’animosité est toujours présente.

>