F1 - Renault : Prost n'a pas du tout aimé les justifications de Racing Point

Au même titre que l'écurie Renault au complet, Alain Prost voyait déjà rouge depuis la reprise de la saison à chaque fois qu'il croisait une Racing Point. Mais depuis les dernières justifications des Britanniques, en réponse aux nouvelles critiques de Prost et de son équipe, le quadruple champion du monde a encore beaucoup plus de mal à contenir sa colère. Accusé depuis trois Grands Prix d'avoir purement et simplement copié les Mercedes, Racing Point a en effet laissé entendre en marge du GP de Grande-Bretagne, ce week-end sur le circuit de Silverstone, que s'il s'était bien inspiré de la monoplace chère à Lewis Hamilton et Valtteri Bottas pour concevoir sa nouvelle livrée, il ne l'avait fait que via des... photos des Flèches d'Argent. Pour Prost, les Panthères Rose ou Mercedes bis, au choix, poussent le bouchon trop loin, cette fois. « Il est naïf de dire que vous pouvez copier une voiture entière fidèle à l’originale grâce à des photos. Nous savons tous que ce n’est pas possible », peste le directeur non exécutif français de Renault dans des propos relayés par le média allemand Auto Motor und Sport. Pour Prost, la Fédération internationale doit très vite réagir, au risque selon l'ancien pilote de voir d'autres écuries calquer leur voiture sur des concurrents à l'avenir, comme Racing Point l'aurait fait en imitant les Mercedes, toujours selon Renault et l'ancien rival d'Ayrton Senna.

Wolff : « La réalité, c’est qu’ils ne sont pas heureux que Racing Point ait autant de points »


« La FIA doit prendre une décision. Si copier sans aide extérieure, c’est légal, alors nous ouvrirons la porte à une dangereuse situation. A un moment, Williams fera la même chose avec Mercedes, et Haas et Alfa Romeo avec Ferrari. » Et pour Prost, l'écurie qui aura le plus à perdre dans ce cas de figure sera... Renault. « Un constructeur comme Renault se retrouvera alors tout seul. Même si nous voulions utiliser ce modèle, nous ne pourrions pas. Pour copier une Mercedes, nous aurions besoin d’un moteur Mercedes et d’une transmission Mercedes. Nous avons besoin d'avancer sur cette discussion dès maintenant. » Pour Toto Wolff, le grand patron de Mercedes F1, la FIA ne doit précisément surtout pas entrer dans le jeu de Renault, et refuser de discuter. Aux yeux de l'Allemand, la rage du clan de Cyril Abitboul serait en effet uniquement véhiculée par la... jalousie. « Renault explique qu’ils tiennent au principe. Mais la réalité, c’est qu’ils ne sont pas heureux que Racing Point ait autant de points. » Alain Prost n'est pas près de se calmer.