Essais d’Abu Dhabi : Mercedes domine la deuxième et dernière journée grâce à Russell

Cette fois, la saison 2019 est bel et bien finie ! Pour la dernière fois, les monoplaces ont pris la piste à Abu Dhabi ce mercredi pour la deuxième et dernière journée des essais organisés à Yas Marina afin d’évaluer une dernière fois les gommes que Pirelli compte proposer pour la saison 2020. Une journée qui, comme ce mardi, a vu Mercedes terminer la journée au sommet de la feuille des temps avec George Russell au volant de la W10. Le Britannique, habitué toute la saison à être au fond du classement avec Williams, a profité de cette journée au volant de la monoplace championne du monde pour boucler 130 tours, le meilleur en 1’37’’204. Il devance Charles Leclerc (1’37’’401, 103 tours) qui a terminé sa journée... dans le mur au virage 11 du circuit de Yas Marina. Une sortie de piste à deux heures de la fin de la journée qui est venue boucler une année 2019 compliquée pour la Scuderia Ferrari. Le Monégasque voit Lance Stroll (1’37’’999, 108 tours), Pierre Gasly (1’38’’166, 146 tours) et Carlos Sainz Jr (1’38’’729, 91 tours) compléter le Top 5 juste devant Esteban Ocon. Le Français a poursuivi son adaptation à sa nouvelle écurie Renault en bouclant pas moins de 113 tours au volant de la R.S.19, le meilleur en 1’38’’950. Une journée qui a vu Nicholas Latifi étrenner ses galons de titulaire chez Williams mais sans miracle au niveau de la performance avec son meilleur tour en 1’40’’188 dans l’après-midi, où il a pris la suite du pilote essayeur israélien Roy Nissany.

Grosjean et Bottas pas convaincus par Pirelli


Ces deux journées d’essais avaient pour but initial de tester les gommes que Pirelli proposera aux écuries en 2020. Mais, à la suite de journées d’essais pendant la saison et d’un premier test collectif à Austin lors du Grand Prix des Etats-Unis, les pilotes n’ont pas caché que les nouveaux produits du manufacturier italien n’étaient pas à la hauteur des attentes. Une impression qui semble avoir été confirmée à Abu Dhabi. « Les pneus 2020 sont différents. Il y a du positif et du négatif, a résumé Romain Grosjean avant d’aller un peu plus loin dans sa réflexion ce mercredi à l’issue de la première journée. Ils ont fait un gros changement. Mais si vous me demandez si je suis très heureux des nouveaux pneus, et si ça va résoudre certains des problèmes – la dégradation thermique, la sensibilité quand on suit une autre voiture –, je dois juste vous dire la vérité. Et non, ça ne va pas totalement corriger ce problème. La dégradation sur certains composés était meilleure. Pouvoir utiliser des pressions plus basses aide aussi. Donc c'est ce qui est positif. Mais ce n'est pas ce dont on pourrait rêver. » Valtteri Bottas n’a pas contredit le pilote français à l’issue de sa journée de roulage. « Nous nous sommes donc vraiment concentrés sur les pneus et je dois dire que je n’ai rien trouvé de vraiment mieux dans ces gommes, a indiqué à la presse le Finlandais. J’ai même l’impression qu’elles sont un peu plus lentes. Quant au comportement et à l’équilibre, c’est la même chose. » Reste maintenant aux pilotes à débriefer ces essais pour donner aux écuries matière à décider si elles conservent les pneus 2019 la saison prochaine ou acceptent les nouveaux pneus Pirelli.