Le bilan du dernier rassemblement des Bleus en 2020

Panoramic

Les gagnants


"Vous allez me dire que Giroud a marqué des points et qu'Anthony Martial en a perdu ?" On n'a rien eu besoin de dire, finalement, pour que Didier Deschamps tire lui-même ses conclusions en conférence de presse, après France - Suède (4-2). Même si le sélectionneur a eu beau jeu de préciser que "c'est l'équipe de France qui est gagnante", c'est suffisamment rare de sa part pour que ça signifie beaucoup.

Au-delà d'Olivier Giroud, qui a su se remettre dans la course pour la énième fois après avoir déçu face à la Finlande, ce qui avait provoqué son absence contre le Portugal, les deux autres satisfactions bleues de ce dernier rassemblement de l'année sont évidentes - parmi ceux qui étaient en balance : Adrien Rabiot et Presnel Kimpembe ont inscrit de gros points en vue d'une titularisation à l'Euro 2021. Marcus Thuram, aussi, a su faire honneur à son premier appel, en se montrant très remuant lors de ses deux titularisations (Finlande et Suède). Pour lui, c'est plutôt une place dans la sélection qui se joue. A un degré moindre, on peut enfin intégrer Paul Pogba, puisque le milieu de MU était en position franchement inconfortable après son non-match contre la Finlande.

Les perdants


Fatalement, ce sont les concurrents directs de ceux qui ont su se mettre en valeur qui perdent du terrain. A commencer par Clément Lenglet, qui se fait donc doubler par Kimpembe pour occuper le deuxième poste en charnière au côté de Varane. Beaucoup d'eau peut couler sous les ponts en quatre mois, mais la situation du moment est désormais bien réelle.

De la même façon, Anthony Martial pâtit donc de la réaction de Giroud, alors que ses occasions manquées au Portugal semblaient lui laisser le bénéfice du doute (puisqu'il avait su se les créer, au moins). Le plus à plaindre est sans doute Wissam Ben Yedder, testé positif au Covid après avoir erré comme tout le monde face à la Finlande. Attention à Marcus Thuram, par exemple, pour un ticket dans les 23 à l'Euro... S'il y a moins de doutes de ce côté-là pour le remplaçant en chef Steven Nzonzi, ses derniers espoirs de changer de statut se sont envolés (si toutefois il en avait), pour lui aussi contre la Finlande. Enfin, même si Didier Deschamps s'y accroche coûte que coûte, impossible également de donner du crédit supplémentaire à Moussa Sissoko.

 

Bleus - Le bilan des petits nouveaux :