FFF : Cinq candidats, dont Aulas, en lice pour succéder à Noël Le Graët ?

Icon Sport

L'avenir de Noël Le Graët à la tête de la présidence de la FFF s'écrit en pointillé étant donné que l'homme fort de l'instance du football français a été écarté suite à un Comex extraordinaire il y a quelques jours. Après ses propos polémiques sur Zinédine Zidane, Le Graët a dû laisser Philippe Diallo devenir président par intérim et il pourrait bien devoir poser sa démission dans le cas où l'audit diligenté par le ministère des Sports concernant le fonctionnement au sein de la 3F serait négatif pour lui. Visé par une enquête pour "harcèlement moral et sexuel", Le Graët semble plus que jamais en danger en vue de rester le président de la FFF et L'Equipe indique ce mercredi que cinq candidats seraient en lice pour lui succéder.

 

Une lutte entre membres du Comex ?

 

Parmi les cinq candidats, Philippe Diallo est bien évidemment présent. Le vice-président de la FFF est devenu président par intérim suite au Comex extraordinaire d'il y a deux semaines. Mais il aura fort à faire en vue d'être élu étant donné que Jamel Sandjak, président de la Ligue Paris-IDF, fait également partie de cette liste. Très ambitieux, Sandjak espère enfin arriver à la tête de la FFF. Mais cette présidence pourrait aussi revenir à Marc Keller, désigné comme successeur de Le Graët depuis quelques années. Seulement, Keller devra quitter sa fonction de président du RC Strasbourg en cas de vote pour lui.

 

Aulas pourrait-il se laisser tenter ?

 

Cela sera similaire pour Jean-Michel Aulas, président de l'OL et autre candidat annoncé par L'Equipe. Bien que le président des Gones ait indiqué vouloir se concentrer sur le football féminin, il pourrait se laisser tenter par ce poste. Enfin, Frédéric Thiriez, rival de Le Graët et battu en 2021 avec seulement un quart des voix, devrait revenir à la charge et encore tenter sa chance. L'ancien président de la LFP pourrait créer la surprise, même si cela semble difficile à imaginer pour le moment. Ce qui est sûr, c'est que l'assemblée fédérale du 10 juin va être très importante et qu'il faudra la suivre de près, car de nouvelles élections pourraient avoir lieu juste après.


>