Euro 2020 : Des Bleus sans défense

Reuters
L'équipe de France, si elle est loin d'avoir enchanté offensivement face à la Suisse, a tout de même montré quelques mouvements délicieux entre ses trois stars Kylian Mbappé, Karim Benzema et Antoine Griezmann, ainsi que Kingsley Coman lorsqu'il est entré - et Paul Pogba quand il s'est réveillé. On aurait aimé que ce soit beaucoup plus souvent, mais le motif d'espoir est réel. Le vrai problème, c'est évident, a été défensif. Un dossier qui pose forcément question pour la suite.

Benjamin Pavard, à peine plus en réussite en prolongation quand ses adversaires commençaient enfin à fatiguer un peu, a été le plus catastrophique lundi. Son attitude sur l'action du penalty suisse, à 0-1 en début de seconde période, a été totalement révélatrice : mangé au duel et à la course dans les très grandes largeurs, il n'a même pas eu la lucidité de ne pas commettre la faute dans la surface. Léo Dubois doit se demander pourquoi il est venu, alors que son collègue munichois avait déjà été très en dessous en Hongrie (1-1). Adrien Rabiot a été nettement meilleur que lui de l'autre côté, ce qui est évidemment un problème.


Varane, un patron en question ?


Pour Raphaël Varane, c'est à peu près la même chose en moins pire. Lui aussi responsable sur le but hongrois, il a encore été d'une fébrilité affolante devant la Suisse. Son sauvetage devant son but, en prolongation, sur un centre en retrait très chaud, relève à peine sa prestation. A 28 ans, ce manque de leadership est inquiétant pour celui qui est censé être un taulier du Real Madrid. Presnel Kimpembe, au moins, a montré cette attitude de guerrier qui pourrait faire de lui le véritable patron de l'arrière-garde. A l'image de son énorme et surprenante prise de responsabilités sur le quatrième tir au but... Ce qui ne l'exonère malheureusement pas, lui non plus, d'une énorme erreur de jugement sur le but de l'égalisation suisse.

Enfin Clément Lenglet, malheureusement fidèle à lui-même cette saison, a semblé abasourdi après avoir été dominé de la tête sur l'ouverture du score. Il échappe paradoxalement un peu plus au naufrage en étant sorti à la mi-temps. Le costume du Barça semble trop grand pour lui et rejaillir sur l'ensemble de sa carrière. Quant à N'Golo Kanté et Paul Pogba, si leurs replacements ont été étrangement coupables, l'ensemble de leurs prestations (notamment offensivement) continue à les placer très au-dessus de la mêlée.



Au final, c'est donc le statut de Pavard qui semble surtout enclin à être remis en question. Etant donné que le 3-5-2 est presque mort avant même d'être né, il faudra une inévitable réflexion sur les latéraux. Mais Didier Deschamps, en général fidèle à ses principes, pourra être tenté de lui maintenir sa confiance dans la tempête. A gauche, Lucas Hernandez a été épargné par la force des choses, puisqu'il était indisponible. Mais la concurrence de Ferland Mendy et de son frère Theo, voire de Lucas Digne, sera aussi un inévitable sujet de réflexion.

Le résumé de France - Suisse


>