Equipe de France : Marcus Thuram, "le droit à l’erreur"

AI / REUTERS / PANORAMIC
On pensait qu’il avait laissé passer le train bleu. Après avoir découvert, avec bonheur, l’équipe de France A en novembre dernier, Marcus Thuram n’avait pas été convoqué pour le rassemblement de mars, le dernier avant celui de l’Euro. Mais mardi soir, Didier Deschamps a bien cité son nom lors de l’annonce de sa liste de 26 joueurs pour disputer la compétition continentale (11 juin-11 juillet). Avant d'expliquer pourquoi il avait décidé de rappeler le fils de son ancien coéquipier Lilian Thuram.

"Il a eu un petit souci, mais tout le monde a le droit à l’erreur, a expliqué le sélectionneur tricolore. Je sais que je peux compter sur lui, sur ses qualités footballistiques. Il a des statistiques qui sont très intéressantes, c’est quelqu’un qui est impliqué, a un très bon état d’esprit à l’entraînement. C’est pour ça que je l’ai choisi." Ce "petit souci", c’est un crachat sur Stefan Posch, défenseur autrichien d’Hoffenheim, lors d’un match de Bundesliga avec le Borussia Mönchengladbach le 19 décembre dernier. Un geste inconsidéré qui lui avait valu cinq matchs de suspension et de vives critiques, en pleine crise sanitaire.


Des débuts convaincants

Le jeune attaquant (23 ans) avait ensuite fait amende honorable, expliquant avoir "retenu la leçon. Les gens qui me connaissent au quotidien savent que ce n'est pas le garçon que je suis. Je suis souriant, joyeux, et franchement quand je vois ces images, je ne me reconnais pas", racontait-il à TF1 en mars. Un épisode qui l’a coupé dans son élan, et sa saison laisse au final une impression mitigée. Avec son plus faible total de buts en championnat depuis trois ans (7, plus deux passes décisives), mais en seulement 19 titularisations (28 matchs), et deux réalisations en Ligue des Champions, un doublé marquant face au Real Madrid en octobre.

Et s’il profite aussi de la blessure à un genou d’Anthony Martial, Deschamps ayant avoué que le Mancunien aurait fait partie de la liste s’il avait été apte, l’ancien Guingampais n’a pas volé sa place, lui qui était apparu très à l’aise dès ses débuts sous le maillot bleu. Titulaire contre la Finlande, il avait d’ailleurs failli ouvrir son compteur pour sa première sélection, trouvant la barre du portier adverse. Cette aisance, ainsi que sa polyvalence, constituent autant d’atouts qui plaisent à son sélectionneur, et pourraient lui permettre de saisir sa chance au sein d’une attaque renforcée par un Karim Benzema avec qui il semble parfaitement compatible.

VIDEO - Marcus Thuram expulsé pour un crachat au visage !


>