Deschamps explique ses choix

Reuters

La composition choisie par Didier Deschamps pour affronter la Turquie a réservé deux surprises. Alors qu’on attendait Thomas Lemar dans le couloir gauche, c’est en effet finalement Kingsley Coman qui y a été aligné, et ce afin de laisser le côté droit à Moussa Sissoko, pressenti pour s’asseoir sur le banc et laisser Corentin Tolisso et Blaise Matuidi officier à la récupération. Autre choix fort du sélectionneur, la préférence donnée à Wissam Ben Yedder à la pointe de l’attaque en lieu et place de l’inamovible Oliver Giroud, pourtant encore buteur trois jours auparavant en Islande (0-1).

Malheureusement pour Didier Deschamps, ces deux décisions n’ont pas été très inspirées. Le buteur de Monaco est en effet apparu bien trop isolé et incapable de peser sur les débats tandis que le milieu de terrain de Tottenham, s’il s’est, lui, montré dangereux, a fait preuve d’un déchet bien trop important, multipliant les mauvais choix. "J’avais parlé de cette utilisation à droite avec le coach avant le match. C’est un rôle très particulier pour moi", a d’ailleurs convenu, pour L'Equipe TV, le joueur des Spurs, assurant néanmoins s’y être "bien senti".

Didier Deschamps a, lui, justifié son choix d’aligner Moussa Sissoko même s’il ne se souvenait plus de la dernière fois qu’il l’avait aligné dans le couloir droit. "Je voulais notamment placer Kingsley face à Zeki Çelik sur le côté gauche", a-t-il avancé. Le double champion du monde a également répondu aux critiques pointant du doigt une option trop défensive, mettant en avant les statistiques du match. "On a eu huit occasions, on aurait pu en avoir quinze ou vingt. C’est quoi une équipe plus offensive ? Si l’équipe alignée ne se crée pas d’occasions je veux bien. Là non, on en a eu", a-t-il lancé, assurant n’avoir aucun regret.

Et il en était de même concernant Wissam Ben Yedder. Non seulement car il a eu "une bonne relation avec Griezmann", mais également parce qu’Olivier Giroud avait joué trois jours auparavant et avait récemment eu un "petit souci au genou". Malgré le résultat nul, Didier Deschamps a d’ailleurs apprécié la prestation de ses troupes. "Je suis satisfait du contenu. Au match aller (0-2, le 8 juin), il n’y avait pas eu photo, ce soir, il y a eu match. On a fait ce qu’il fallait", a-t-il assuré, la tête déjà aux deux matches de novembre.

Antoine Griezmann : "L'un de nos meilleurs matchs":