Coupe du Monde 2018 : Ces promesses que les Bleus devront tenir

Panoramic

Avant le début de la Coupe du Monde, le Brésil, l'Allemagne ou l'Espagne faisaient partie des grands favoris à la victoire finale, et juste derrière eux venaient l'équipe de France, l'Argentine ou la Belgique, et à un degré moindre le Portugal, champion d'Europe en titre. Mais ce sont bel et bien les Bleus qui ont soulevé le prestigieux trophée dimanche soir, après un succès (4-2) face à la Croatie de Luka Modric. En privé, les joueurs et le staff technique devaient néanmoins croire en leurs chances plus que les autres. Ou peut-être la conviction est-elle venue au gré des rencontres disputées en Russie.

Sinon, comment expliquer certaines promesses faites en amont par quelques Tricolores? A la question de savoir ce que ferait Blaise Matuidi s'il participait à la quête d'une nouvelle étoile, le récupérateur de la Juventus avait répondu qu'il s'engageait à effectuer le trajet Paris-Turin... à vélo. Aïe, près de 800 km en pédalant alors qu'il faut déjà répondre aux exigences folles du monde du ballon rond, entre la Coupe d'Italie, la Serie A, la Ligue des Champions et les rencontres internationales, ça risque d'être un peu compliqué à assumer. Pour Hugo Lloris, qui voulait lui faire la tournée des bars à Nice, c'est peut-être encore pire... Corentin Tolisso avait lui assuré vouloir se faire tatouer le trophée sur le bras, et ne manquera sans doute pas de passer à l'acte.

Idem concernant Olivier Giroud et Nabil Fekir, bien plus précautionneux dans leurs prédictions, puisqu'ils avaient simplement pris l'engagement de se raser la tête. Le Blue de Chelsea va donc perdre, pour quelques temps, son célèbre brushing... Quant à Adil Rami, il s'apprête à passer un sale quart d'heure. Le défenseur central de l'Olympique de Marseille, qui n'a pas joué une seule minute au cours de cette Coupe du Monde victorieuse, a promis de monter sur un tatami en tenue de judoka pour défier l'invincible Teddy Riner, presque 140 kg de muscles sur la balance.