Bleus, objectif Mondial: Theo Hernandez et Nkunku redoutables, Dembélé déçoit

Panoramic

Dembélé à l'envers 

En Liga, Dembélé continue de faire tourner le Barça en bourrique: l'ailier droit français, blessé durant l'Euro au genou droit, a retrouvé les terrains depuis début décembre à plein temps... mais samedi à Grenade (1-1), "Dembouz" est passé à côté. L'ancien Rennais a perdu 14 ballons (!) en 82 minutes, et n'a cadré aucune de ses trois frappes. Dans la foulée de ce "match décevant" du Français, en fin de contrat en juin prochain, le quotidien sportif espagnol As a estimé que "chaque semaine, la situation de Dembélé semble se compliquer un peu plus".

Le Barça se fait punir par Grenade :

L'attaquant est en effet en négociations avec le club catalan pour y prolonger son contrat, mais le Barça souhaite baisser son salaire pour pouvoir inscrire Ferran Torres dans le respect du plafond salarial imposé par la Liga espagnole. Selon la presse catalane, le Français est en contact avec plusieurs clubs européens de premier ordre. "Il fait partie de l'effectif. Il a joué presque sans s'être entraîné. Il a créé des différences. On a besoin de lui. Il fera partie de l'effectif et sera important", a froidement scandé Xavi en conférence de presse d'avant-match, vendredi.

Nkunku, pleine mi-temps 

Christopher Nkunku, le feu-follet de l'attaque du RB Leipzig, n'a pas encore porté le maillot de l'équipe de France, mais Didier Deschamps l'a dit à deux reprises cet l'automne: "Il fait partie des candidats sérieux qui peuvent aspirer à avoir cette opportunité-là". Le joueur de 24 ans formé au Paris SG est en tous cas constant avec son club, et a de nouveau été le moteur de la victoire du RB samedi 4-1 contre Mayence en Bundesliga, avec un but et deux passes décisives en 45 minutes sur la pelouse.

Nkunku brille avec Leipzig :

Testé positif au Covid-19 pendant ses vacances de fin d'année en France, il n'était pourtant revenu que jeudi pour une brève reprise de l'entraînement. Prudent, le nouvel entraîneur Domenico Tedesco, nommé en décembre après le limogeage de Jesse Marsch, ne l'a fait entrer qu'à la mi-temps. Et l'a félicité après le match. Réussir avec Tedesco va rassurer le Français, chouchou de Marsch, qui lui avait laissé la bride sur le cou: "Julian (Nagelsmann, l'entraîneur de la saison dernière) me demandait de remplir plusieurs tâches sur le terrain, ce que j'ai fait. Mais Jesse me laisse plus de liberté pour exprimer mes qualités, et j'en profite", expliquait Nkunku peu avant l'éviction du coach américain pour mauvais résultats.

Capitaine "Theo" au four et au moulin 

Avec le brassard de capitaine qu'il commence à porter de plus en plus régulièrement, notamment en l'absence d'Alessio Romagnoli sur blessure, Theo Hernandez a été l'homme fort de l'AC Milan dimanche lors de la victoire à Venise (3-0). Déjà à l'origine du premier but marqué par Zlatan Ibrahimovic, le petit frère de Lucas, arrivé chez les Bleus en septembre, a inscrit un doublé plein d'autorité. D'abord d'une frappe en force du pied gauche dans un angle fermé, puis sur penalty, une spécialité qu'on ne lui connaissait pas.

Capitaine, Hernandez porte Milan avec un doublé :

 

"Theo a le talent, la force, la qualité pour être un des meilleurs arrières gauche au monde"

"Capitaine ? C'est un honneur. On travaille tous les jours pour essayer d'aller le plus haut possible", a commenté "Theo", déjà auteur d'un but à l'aller contre Venise. "Theo a le talent, la force, la qualité pour être un des meilleurs arrières gauche au monde", a salué son entraîneur Stefano Pioli. Le latéral gauche, depuis son arrivée à l'AC Milan en 2019-2020, a déjà inscrit 3 doublés en Serie A, c'est plus que tout autre défenseur des 5 grands championnats européens sur la période, selon le statisticien Opta. Grande révélation de l'automne en équipe de France dans un rôle de "piston" sur l'aile gauche, l'ancien joueur du Real Madrid (24 ans) continue son ascension, qui doit le mener à la Coupe du monde dans un rôle de titulaire, si Didier Deschamps ne bouscule pas ses plans.


>