Bleus : Le Graët n'a pas fait de promesse à Zidane



Zinédine Zidane figurerait actuellement dans le viseur du PSG pour remplacer éventuellement Mauricio Pochettino. Malgré les démentis faits par Leonardo et Nasser Al-Khelaifi, l’ancien meneur des Bleus a été sondé dans cette optique. L’intéressé se montrerait réticent à accepter le rôle, car il attend une autre proposition. Celle qui émanerait de la fédération française de football.

Zidane se voit bien comme successeur de Didier Deschamps. Et pour prendre en main les Bleus il est enclin à repousser toutes les autres offres. Cependant, il n’y a aucune garantie que le challenge en question finisse par s’offrir à lui. Noël Le Graët, le patron du football français, lui a d’ailleurs conseillé de ne pas planifier sa carrière en fonction de ce rôle : « Demander à Zidane d’attendre un an ? Non, je ne ferai pas ça, a-t-il confié à l’AFP. Pour diriger l'équipe de France, il faut une sacrée envie. Si tu le fais par calcul, ce n'est pas forcément le bon système. On vient de se qualifier pour la Coupe du monde, donc ce n'est pas le moment de parler de succession. »

Deschamps garde les faveurs de Le Graët


Beaucoup imaginent Zidane à la tête des Tricolores au sortir du Mondial 2022. Toutefois, il n’est pas dit que Deschamps va abandonner son poste à ce moment-là. Le Graët n’a pas manqué de le rappeler : « S'il (Deschamps) gagne le Mondial, peut-être voudra-t-il continuer, explique le patron du foot français. S'il ne le gagne pas, il aura peut-être l'esprit de revanche. Je l'apprécie tellement : on ne peut pas dire que la décision lui appartiendra, mais pas loin. Je crois que la fidélité en Didier a payé. »

Pour conclure, le Breton a quand même donné un motif d’espoir à l’ancien coach du Real Madrid en concédant : « Si j’ai pensé à nommer Zidane à la place de Deschamps ? Tout le monde y pense. Imaginons que Didier me dise qu'il arrête ou qu'il ne veut pas continuer. Le nom de Zidane viendra évidemment, s'il est libre. »

>