Nancy récupère 3,7 millions grâce à Lenglet

Reuters

Le subterfuge imaginé par le Séville n’a pas fonctionné. La commission du statut du joueur de la Fifa a demandé au club andalou de verser une somme de 3,708 millions d’euros à l’AS Nancy Lorraine. Le club de Ligue 2 a eu recours à l'instance internationale car il n’a reçu aucune commission lors du transfert du défenseur central au FC Barcelone il y a un an, pour 35 millions d’euros.

Pour rappel, Nancy avait cédé l’international français à Séville pour une somme de 5 millions d’euros, en janvier 2017, en négociant un pourcentage sur une plus-value possible à hauteur de 12%. Séville a ensuite proposé à l’agent du joueur une clause libératoire à 50 millions d’euros, mais a finalement accepté de la baisser à 35 millions. Et pour cause...

Lorsque les Blaugranas ont tenté de recruter Lenglet, ils ont réglé la clause libératoire du joueur. Puisque, officiellement, le natif de Beauvais a acheté sa "liberté", le Séville FC a alors refusé de verser 12% de la plus-value réalisée, qui a donc été de 30 millions. Les Lorrains estiment que les dirigeants sévillans avaient négocié ce pourcentage à la revente en sachant qu’ils n’allaient pas forcément verser une indemnité supplémentaire aux Nancéiens...

L’Equipe rappelle ainsi que les Rojiblancos avaient procédé de la même manière avec le RC Lens pour Seydou Keita, en 2007 ! Après une seule saison sur les bords du Guadalquivir, le milieu malien avait été recruté par le Barça mais Séville n’avait pas versé de bonus aux Sang et Or. A l'époque, le TAS avait donné raison au club espagnol...