UCI : L'instance condamne les propos racistes tenus contre Bouhanni

 

Cette affaire secoue actuellement le monde du cyclisme. Après son sprint houleux du côté de la course Cholet-Pays de la Loire, qui avait entrainé son déclassement, le sprinteur français Nacer Bouhanni (Arkéa-Samsic) a été la cible d'insultes racistes. Un fait dont le principal intéressé s'est ému sur ses différents réseaux sociaux et dans certains médias, tout en dénonçant ces agissements. De plus, le Tricolore a bien l'intention de porter plainte. Ce mercredi, l'Union cycliste internationale a publié un communiqué pour condamner ces actes et a notamment déclaré : « L’Union Cycliste Internationale (UCI) tient à condamner très fermement les attaques à caractère raciste dont le coureur français Nacer Bouhanni a été la cible sur les réseaux sociaux à la suite de sa disqualification en raison de son comportement dangereux lors du sprint final de l’épreuve Cholet-Pays de la Loire. »


Bouhanni a renoncé à prendre le départ du GP de l'Escaut ce mercredi


Suite à ce sprint sur Cholet-Pays de la Loire, la commission disciplinaire a été saisie par l'instance dirigeante du cyclisme mondial elle-même, afin de juger le comportement du sprinteur français à ce moment-là. Toutefois, l'UCI assure également que « rien ne justifie en effet les insultes dont il a été la victime les jours suivants le geste qui lui est reproché. L’UCI tient à réaffirmer son engagement inconditionnel contre toute forme de discrimination, quels qu’en soient les motifs. Notre Fédération, que ce soit au travers de ses statuts, de son code d’éthique ou de ses programmes, défend et promeut au contraire les principes d’inclusion et de respect d’autrui. » En attendant, forcément perturbé par cette période compliquée, Nacer Bouhanni, qui aurait dû prendre le départ du Grand Prix de l'Escaut, ce mercredi, au sein de sa formation Arkéa-Samsic, a finalement renoncé.

>