Quick-Step Alpha Vinyl : Alaphilippe rassuré mais pas encore confirmé pour le Tour de France



Avec Arnaud Démare, c’était sans doute le coureur le plus scruté ce dimanche à Cholet. Maillot arc-en-ciel sur les épaules, Julian Alaphilippe a effectué son retour à la compétition à l’occasion de la course en ligne des championnats de France. Aux côtés de Rémi Cavagna, le coureur de l’équipe Quick-Step Alpha Vinyl a été un maillon fort dans le scenario qui a mené Florian Sénéchal à la victoire devant Anthony Turgis et Axel Zingle. Une stratégie que le double champion du monde a confirmé. « On savait Florian rapide au sprint donc on l'a gardé en dernière cartouche », a ainsi déclaré face à la presse Julian Alaphilippe. Deux mois après sa terrible chute sur Liège-Bastogne-Liège, le coureur de la formation Quick-Step Alpha Vinyl a longtemps été aux avant-postes et, au bout de 240 kilomètres de course, a tiré un bilan légèrement positif de sa journée. « Je ne peux pas dire que j'ai pris beaucoup de plaisir mais j'étais mieux que ce que je pensais, donc je suis content », a-t-il ajouté.


Décision attendue ce lundi pour le Tour de France


Remis dans un temps record d’un pneumothorax mais également de fractures au niveau des côtes et de l’omoplate, Julian Alaphilippe a pu se tester ce dimanche lors des championnats de France. L’intéressé a confié en amont de la course qu’il n’avait qu’une « seule sortie de 200 km, pas plus » dans les jambes. « Je venais vraiment pour voir où j'en étais, faire des efforts », a-t-il ajouté face à la presse après coup. Toutefois, ce retour à la compétition pourrait ne pas peser lourd concernant la sélection établie par les dirigeants de l’équipe Quick-Step Alpha Vinyl en vue du Tour de France, dont le départ sera donné le 1er juillet prochain à Copenhague. « Cette journée n'était pas du tout déterminante par rapport à la sélection, ce sera décidé demain (lundi) », a affirmé dans des propos recueillis par l’AFP l’oncle et entraîneur du double champion du monde Franck Alaphilippe. La balle est donc dans le camp de Patrick Lefévère et de ses directeurs sportifs.

>