Dopage : Cité par Armstrong, Basso lui répond

Il a tenu à se défendre. Lors du documentaire diffusé sur ESPN, ce dimanche soir, et consacré à son cas, Lance Armstrong, septuple vainqueur déchu du Tour de France, s'était plaint du traitement médiatique et judiciaire qu'il subit, comme Jan Ullrich ou encore le regretté Marco Pantani. Un traitement différent, selon l'Américain, d'Ivan Basso par exemple, pourtant également épinglé pour dopage, dans le passé.

« Du paradis, je me suis retrouvé en enfer ! »


L'Italien, double vainqueur du Giro, a donc tenu à lui répondre, pour se défendre, dans une interview accordée à Il Giornale : « Franchement, je n'ai pas vu le documentaire et je ne sais pas s'il a exprimé sa pensée de cette façon. Personnellement, j'ai fait de belles et de moins belles choses durant ma carrière. En 2006, j'ai été impliqué dans l'affaire Puerto, j'ai avoué mes fautes et j'ai payé en écopant de deux ans de suspension. Du paradis, je me suis retrouvé en enfer ! Désormais, et depuis plus de quinze ans, je travaille dur dans le monde du cyclisme. Avec Alberto Contador, nous gérons une équipe de jeunes coureurs (ndlr : Kometa-Xstra Cycling Team) et nous avons de nombreux autres intérêts dans le cyclisme. Nous essayons d'apporter notre contribution pour que ce sport puisse être meilleur. »

« Je suis et je serai toujours reconnaissant envers Lance »


Les deux hommes ont évolué dans le peloton mondial à peu près au même moment. Leurs relations étaient excellentes et c'est certainement pour cela que Basso n'en veut pas à Armstrong : « Je suis et je serai toujours reconnaissant envers Lance, car avec moi, il s'est toujours très bien comporté. Quand ma mère Nives a eu un cancer, il s'est proposé pour nous aider. Même chose quand le problème m'a touché personnellement en 2015. Il a toujours été généreux et serviable avec moi. »