Championnats du Monde : Pinot renonce

Le mois de septembre cauchemardesque de Thibaut Pinot continue. Et après avoir vu très vite ses illusions s'envoler lors du Tour de France suite à une chute dès la première étape de Nice, c'est maintenant sur les Championnats du Monde sur route d'Imola (Italie), le dimanche 27 septembre prochain, que le Franc-Comtois se voit contraint de tirer un trait. Comme il fallait s'y attendre, le grand malheureux de cette Grande Boucle 2020 côté français souffre toujours de cette blessure au dos qui l'avait empêché de défendre ses chances au-delà du tout premier col hors-catégorie au programme de ce Tour, le 5 septembre dernier dans les Pyrénées lors de la 8eme étape. Ce jour-là, tandis que Nans Peters s'offrait un numéro de toute beauté pour triompher au sommet de Loudenvielle, son compatriote, en perdition dès les premiers mètres du Port de Balès, avait, lui, terminé à plus de 25 minutes du vainqueur du jour. Et au classement général, à trois jours de l'arrivée finale, il accuse près de deux heures de retard sur le maillot jaune Primoz Roglic.

Voeckler : « Thibaut est honnête »

Vendredi, en marge de la 19eme étape du Tour (Bourg-en-Bresse - Champagnole, 166,5 km), le leader de l'équipe Groupama-FDJ a annoncé sans surprise à Thomas Voeckler qu'il préférait décliner une éventuelle sélection (comme ses homologues des autres nations, le sélectionneur français ne dévoilera officiellement ses huit titulaires pour les Mondiaux que dimanche avant le départ de l'étape des Champs-Elysées). « Thibaut m’a prévenu ce matin, son dos le fait trop souffrir », a annoncé celui qui porte également la casquette de consultant pour France Télévision, touché par la démarche de Pinot. « Thibaut est honnête, il respecte l'équipe de France », apprécie Voeckler, toutefois privé de l'un de ses principaux leaders avec Julian Alaphilippe et sachant que les Bleus se présenteront déjà sur la ligne de départ à Imola sans l'une de leurs autres locomotives Romain Bardet, lui aussi victime d'une chute sur ce Tour de France. Il y a quelques jours, le sélectionneur de l'équipe de France voulait encore croire que Pinot serait présent à Imola (« Ça peut être plus que possible, il n'est pas à l'article de la mort non plus. Dans mon esprit, il est évident qu'il sera dans la liste des retenus sauf catastrophe »). Comme pour Bardet, il a dû déchanter.