L'Algérie pointe du doigt un journaliste camerounais

Décidément, le match de barrage entre l’Algérie et le Cameroun, disputé il y a plus d’un mois, n’en finit plus de provoquer des tensions entre les deux pays. Après une note publiée par la Fécafoot, dans laquelle elle regrettait la sortie médiatique du sélectionneur algérien Djamel Belmadi, c’est au tour de la fédération algérienne de dégainer en pointant du doigt un journaliste qui s’en est pris de manière honteuse à son coach.

La FAF dénonce des attaques « immorales » contre Belmadi


Ce mardi, la FAF a publié un communiqué dans lequel elle dénonçait l’article apparu dans le média « Actu Cameroun » dimanche soir. Belmadi y avait été traité de « terroriste », entre autres insultes violentes et lamentables. La condamnation de ce dérapage est à saluer, même s'il est peu commun de voir une entité telle que la fédération algérienne se rabaisser à répondre à de telles ignominies. Les responsables algériens ont aussi demandé à leurs homologues camerounais de leur emboiter le pas et dénoncer à leur tour cette attitude « immorale ».

Belmadi s’est exprimé lundi lors d’une longue interview accordée à RMC Sport. Il n’avait pas réagi à l’article en question, mais il a répondu à ceux qui l’avaient montré du doigt sur les plateaux français, à l’instar de Patrick Mboma, Didier Roustan ou Tony Chapron. Les accusations de racisme n’ont été évoquées qu’une seule fois et il avait alors répondu : « c’est la meilleure, cela », balayant ainsi d’un revers de la main car convaincu qu’il était inutile de réagir à ces attaques injustifiées.

>