CAN 2021 – Groupe D : Le Nigeria et l’Egypte, géants en reconquête

Panoramic

Le favori (1) : Le Nigeria

Classement FIFA : 36e

Meilleur résultat à la CAN : vainqueur en 1980, 1994 et 2013

Le Nigeria connaît avec la CAN une histoire d'amour à éclipses. Troisièmes en 2019 après avoir manqué les deux précédentes éditions, les Super Eagles n'ont pas forcément évolué dans le bon sens depuis. Certes, ils se sont qualifiés pour cette 33e édition mais aussi pour les barrages du Mondial 2022, mais cette régularité cache un certain délitement collectif. Tombé à chaque fois dans des poules très accessibles, les coéquipiers de Wilfred Ndidi ont subi des contre-performances jusqu'alors inhabituelles. La dernière en date, une défaite à Lagos contre la Centrafrique (0-1), a mis au grand jour les faiblesses du collectif nigérian. Ce couac historique n'a pas été pour rien dans le limogeage de Gernot Rohr, après plus de cinq années sur le banc. Sans Victor Osimhen, le Nigeria va devoir chasser les doutes rapidement : son premier match de groupe le verra défier l'Egypte.

Les + : un secteur offensif bien fourni même sans Osimhen, un savoir-faire en phase finale.

Les - : une faiblesse qui dure au poste de gardien de but, l'absence de l'atout offensif numéro un (Osimhen), une expression collective souvent insuffisante.

La star : Wilfred Ndidi (Leicester)

Joueur aussi discret que régulier, Wilfred Ndidi fait aujourd'hui partie des meilleurs milieux défensifs africains. Remarqué à Genk, ce natif de Lagos a eu la lourde tâche de remplacer N'Golo Kanté à Leicester. Un défi de taille qu'il a su relever, s'imposant comme l'un des meilleurs récupérateurs de Premier League. Celui qui a fait ses débuts à 18 ans pour le Nigeria est depuis apparu plus de 40 fois pour son pays, avec lequel il s'apprête à disputer sa deuxième CAN.

Le coach : Augustine Eguavoen

Directeur technique national, Augustine Eguavoen a été bombardé sélectionneur à titre intérimaire en remplacement de Gernot Rohr, limogé à un mois de la CAN après un mandat de plus de cinq ans. Cet ancien latéral droit des Super Eagles avait déjà occupé le banc national durant la CAN 2006 terminée à la troisième place. Alors que son futur successeur, le Portugais Peseiro, sera présent en observateur, Eguavoen pourra aussi compter sur le soutien technique des anciens capitaines Jay Jay Okocha, Nwankwo Kanu et Garba Lawal pour mener à bien son intérim.


Le challenger : L'Egypte

Classement FIFA : 45e

Meilleur résultat à la CAN : vainqueur en 1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008 et 2010.

Pays le plus titré de l'histoire de l'épreuve avec sept trophées, l'Egypte ne vise rien d'autre qu'un huitième sacre le mois prochain au Cameroun. Mais les Pharaons ont-ils les moyens de cette ambition continentale ? L'effectif a toujours fière allure quand les stars expatriées, Mohamed Salah en tête, sont présentes, et l'équipe bénéficie des retombées du championnat le plus relevé du continent. Et pourtant, les phases qualificatives se suivent et se ressemblent, poussives et peu convaincantes. Le minimum est assuré, mais le contenu laisse les supporters sur leur faim. Le remplacement cet automne du local Hossam Al-Badry par le Portugais Carlos Queiroz témoigne d'une impatience qui a gagné les dirigeants. Ce qui fait à l'Egypte plus d'un point commun avec le Nigeria, son premier rival dans ce groupe D.

Les + : un effectif complet et expérimenté, un excellent gardien, le meilleur joueur offensif africain du moment

Les - : une équipe qui se cherche.

La star : Mohamed Salah (Liverpool)

Le meilleur joueur africain du moment, c'est certainement Mohamed Salah. Auteur de 15 buts et 9 passes décisives depuis le début de la saison en Premier League, l'attaquant excentré est actuellement dans la forme de sa vie. Arrivé blessé au Mondial 2018 puis passé à côté de sa CAN 2019, il doit une double revanche à tous les supporters égyptiens, qui rêvent de voir les Pharaons remporter une huitième Coupe d'Afrique au Cameroun.

Le coach : Carlos Queiroz (Portugal)

Sans engagement depuis son départ du banc de la Colombie en décembre 2020, Carlos Queiroz a été appelé à la rescousse par l'Egypte cet automne. Le chevronné technicien portugais a remplacé le local Hossam Al-Badry, qui avait succédé en septembre 2019 au Mexicain Javier Aguirre, lui-même limogé après l’élimination des Pharaons en huitièmes de finale de la dernière CAN. Passé par le Sporting Portugal (1993-1996), le Real Madrid (2003-2004), cet ex-adjoint d’Alex Ferguson à Manchester United (2002-2003 puis 2004-2008) incarne l'expérience mais va découvrir la CAN.


L'outsider : La Guinée-Bissau

Classement FIFA : 106e

Meilleur résultat à la CAN : premier tour en 2017 et en 2019

La Guinée-Bissau s'apprête à disputer sa troisième phase finale de CAN consécutive. Après avoir appris, les Djurtus espèrent au Cameroun recueillir les fruits de cette régularité. Il leur faudra pour cela faire mieux qu'en 2019, quand ils n'avaient pas réussi à marquer le moindre but en trois matchs, se contentant pour tout résultat positif d'un nul face au Bénin. Le premier match de poule, face au Soudan, autre "petit" de ce groupe D, aura par conséquent des allures de quitte ou double.

Les + : un effectif stable, une équipe qui n’a rien à perdre.

Les – : un banc limité, une défense friable.

La star : Piqueti (Al-Shoula)

Âgé de 28 ans, l'ailier Piqueti Djassi Brito Silva, dit Piqueti, reste la star de la Guinée-Bissau. Révélé lors de la première participation des Djurtus à la CAN en 2017 au Cameroun par un but sensationnel, l'ex-international Espoirs portugais a depuis été de toutes les campagnes des hommes de Baciro Candé, avec 5 buts inscrits en une vingtaine d'apparitions.

Le coach : Baciro Candé

Baciro Candé est l'une des principales figures du football en Guinée-Bissau. International et joueur en deuxième division portugaise quand il était plus jeune, l’ancien défenseur est un entraîneur aux nombreux succès, avec plus de dix titres nationaux à son palmarès, notamment avec le Sporting Clube de Bissau qu’il a dirigé entre 1995 et 2007 puis de 2009 à 2016. Sur le banc national depuis cinq ans, le sexagénaire s'apprête à vivre sa troisième CAN consécutive en tant que sélectionneur.

La grosse cote : Le Soudan

Classement FIFA : 125e

Meilleur résultat à la CAN : vainqueur en 1970

C'est grâce à un probant succès sur l’Afrique du Sud (2-0), sur sa pelouse de Khartoum, que le Soudan a décroché sa qualification pour cette CAN 2021. Avec un 9 sur 9 lors des trois dernières rencontres, les Faucons de Jédiane ont terminé les éliminatoires en boulet de canon. Les choses se sont gâtées depuis : l'équipe n'a pas fait le poids dans son difficile groupe des éliminatoires du Mondial 2022 et a fait pâle figure à la Coupe Arabe de la FIFA. Choisi par l'équipe précédente, le sélectionneur Hubert Velud a été limogé par les nouveaux dirigeants pour laisser la place à un technicien local, qui a largement chamboulé le groupe.

Les + : l'esprit de corps affiché lors des éliminatoires, une ossature locale.

Les - : un groupe chamboulé suite au changement de sélectionneur, un manque de repères en phase finale.

La star : Mohamed Abdelrahman (Al-Hilal)

Ses trois buts ont scellé les victoires face à Sao Tomé et Principe, mais aussi au Ghana et à l'Afrique du Sud, décisifs pour la qualification. Capable d'inventer des buts, à l'image de sa frappe lobée contre les insulaires, ce droitier de 28 ans sait tout faire balle au pied. Passé par les deux clubs phares de Khartoum, Al-Merreikh puis Al-Hilal, il sera le dépositaire du jeu d'une équipe soudanaise en pleine incertitude.

Le coach : Burhan Tiya

Nommé sélectionneur du Soudan par intérim en remplacement d'Hubert Velud après la Coupe Arabe de la FIFA, ce technicien incarne la filière locale. Lui qui exerce au pays depuis 26 ans a également été entraîneur adjoint du Soudan lors du CHAN 2018, terminé à la troisième place par les Faucons de Jediane A'.

Le calendrier

1e journée :

Mardi 11 janvier, 17h : Nigeria - Eypte

Mardi 11 janvier, 20h : Soudan - Guinée-Bissau

 

2e journée :

Samedi 15 janvier, 17h : Nigeria - Soudan

Samedi 15 janvier, 20h : Guinée-Bissau - Egypte

 

3e journée :

Mercredi 19 janvier, 20h : Egypte - Soudan

Mercredi 19 janvier, 20h : Guinée-Bissau - Nigeria


>