CAN 2019 : L’Algérie veut refaire peur

Algérie


Capitale : Alger
Surnom : Les Fennecs 
Sélectionneur : Djamel Belmadi
Palmarès : 1 CAN


L’Algérie et la Côte d’Ivoire partagent plusieurs points communs. Deux géants d’Afrique. Des stars et joueurs confirmés partout en Europe. Participation aux Coupes du Monde 2010 et 2014. Et grosses zones de turbulences depuis 2015-2016. Depuis 2014, l’Algérie tant redoutée enchaîne les déceptions. Et signe que rien ne va plus, les Fennecs consomment les sélectionneurs de manière incroyable. Quatre en un an ! Dans l’ordre, ça donne : Rajevac, Leekens, Alcaraz et enfin Madjer ! Le tout entre 2016 et 2017. Rien n’y fait, l’Algérie déçoit au fur et à mesure que le peuple s’impatiente. Néanmoins, le plus gros de la tempête est peut-être derrière les Fennecs. Un homme a en tout cas apporté un peu plus de sérénité : Djamel Belmadi. Nommé sélectionneur le 2 août 2018, l’ancien joueur de Marseille et coach au Qatar (Lekhwya) est arrivé avec des nouvelles idées et surtout une parfaite connaissance sur football algérien.

Le nouveau boss algérien valide la qualification des Verts et apporte une nouvelle spirale. Il fait des choix forts comme par exemple installer Baghdad Bounedjah au poste d’attaquant en dépit des critiques ou Djamel Belamri dans l’axe de la défense. Le message semble de nouveau passé et les Fennecs peuvent à nouveau nourrir des ambitions en Egypte. L’Algérie en tout cas tout le loisir de se mettre en route dans un groupe largement à sa portée avec le Kenya, la Tanzanie et enfin le Sénégal. L’apport de joueurs importants à l’instar de Riyad Mahrez, Yacine Brahimi ou encore Sofiane Feghouli sera primordial pour les Verts. Les coéquipiers de Mbolhi en ont tout cas conscience : le faux-pas est interdit en Egypte.

d


Qui a terminé meilleur buteur sur une année civile en 2018 ? Cristiano Ronaldo ? Non. Lionel Messi ? Presque. Pour avoir la réponse, il faut jeter un œil sur côté du Qatar et plus précision chez le champion en titre d’Al Saad. Avec 58 buts inscrits sur toute l’année 2018, Baghdad Bounedjah a été l’attaquant le plus prolifique devant la star argentine (51). L’opposition n’est certes pas la même en Asie et en Europe mais ce chiffre souligne la faculté du buteur algérien à terminer les actions. Agé de 27 ans, Bounedjah a explosé sur le terrain et se retrouve aujourd’hui propulsé n°1 dans la hiérarchie des attaquants, devant les Slimani, Belfodil voire Delort. Attaquant robuste et intelligent dans le jeu, Bounedjah se démarque surtout grâce à sa finition. Avec lui, un début d’occasion = un but !  Belmadi, pour avoir longtemps entraîné au Qatar, connait parfaitement le profil de son joueur. Un buteur qui a besoin de confiance pour briller. C’est chose faite depuis l’intronisation de Belmadi et Bounedjah lui rend parfaitement sa confiance.

Faire jouer un joueur suspendu peut valoir très cher. L’Algérie l’a appris à ses dépens lors des éliminatoires de la CAN 1994 disputée en Tunisie. Expulsé lors d’un match de qualification, Kader Marouf a été aligné au match suivant par le sélectionneur de l’époque, Ighil Meziane. Une erreur qui a coûté cher aux Fennecs puisque la CAF a alors pris la décision de disqualifier l’équipe et de la priver de la CAN 94. Une terrible décision qui a coupé court l’élan du football algérien, très redouté dans les années 80-90.

d